Question de Rony :

"bonsoir dans la liste des produits cachere il est inscrit que le colorant rouge cochenille E120 est strictement interdit... DEPUIS PLUS DE 20 ANS le grand rabbinat de france autorise L UTILISATION AUX BOUCHERIES CONSISTORIALE l'utilisation du colorant rouge la cochenille E120 (insecte) QUI SERT A LA FABRICATION DU MERGUEZ. L UNIQUE FOURNISSEUR RESTE TRES DISCRET / ACTUELLEMENT TOUTES LES RABBANIMES INTERDISENT LA COCHENILLE DANS LE MONDE SAUF LE GRAND RABINAT DE FRANCE. POURQUOI? PS/ CETTE INFORMATION JE L AI EU PAR UN ANCIEN BOUCHER CACHERE ENSUITE UN AMI CHOMER D UNE GRANDE BOUCHERIE CONSISTORIALE ME L A CONFIRME ET M A COMMUNIQUE LA PROVENANCE DU COLORANT ROUGE E120 COCHENILLE AVEC LE TAMPON DE CACHEROUTE DU BETH DIN. J AI RECUPERE 3 BOUTEILLES DE E120 AVEC LE TAMPON DU CONSISTOIRE DE PARIS . AUCUN MEMBRE DU CONSISTOIRE NE CONSOMME DE MERGUEZ MEME S IL EST GLATT (j avais un restaurant grillade)!!!! POURQUOI ILS NOUS TRAHISSENT! DE PLUS J AI FAIT FAIRE ANALISER UN MORCEAU DE MERGUEZ DANS UN LABORATOIRE SPECIALISE EST J AI LA PREUVE DU RAPPORT ECRIT AUSSI EN MA POSESSION. GRACE A D.. IL EST FACILE DE VERIFIER EN FAISANT DES ANALYSES!! POURQUOI LES RAV VOUS LES LAISSEZ FAIRE EN SILENCE! vous savez bien que c est une interdiction de la thora. JE VOUS EN PRIE FAITE LE SAVOIR VOUS AVEZ LA RESPONSABILITE DE PROTEGER VOTRE PROCHAIN. NE DEVENEZ PAS COMPLICE JE SUIS A VOTRE DISPOSITION POUR VOUS FOURNIR TOUTES LES PREUVES DE MES ECRITS. SALUTATIONS"

Réponse du rav Chaya :

"A propos du colorant rouge fait à partir d'insectes ou de vers, les plus grands décisionnaires de notre temps l'ont autorisé. Il est vrai que les organismes de cacherout de haute gamme n'autorisent pas l'utilisation de ces colorants, mais néanmoins, au niveau de la loi stricte, ce colorant est autorisé. Tout d'abord, consulte la techouva du « Min'hat Itshak » (Rav Itshak Weiss zatsal, dirigeant du Badats de la Eda harédit de Jérusalem il y a encore une dizaine d'années) dans le tome 3, chapitre 96, alinéa 2 (chose intéressante, la question a été posée par le Rav David Horovitz qui à l'époque était le dayan de Strasbourg), ainsi que la techouva dans « Chevet Halevi » du Rav Wozner chalita, tome 8, chapitre 184. Eux-mêmes se basent sur des responsa datant du siècle dernier, entre autres « Pit'hé tchouva » (Yoré déa, chapitre 7, alinéa 20) , le « Tipheret Tsvi » (Yoré déa, chapitre 73) , le « Chaarei Tsedek » (Yoré déa, chapitre 99 et chapitre 100). Les arguments avancés, dans les grandes lignes, sont les suivants : le colorant n'a pas un statut alimentaire pour plusieurs raisons : on ne l'utilise que comme colorant et non comme nourriture, il n'est pas comestible même pour un chien, et est considéré comme de la poussière. Le Rav Wozner écrit en conclusion qu'il est bien de faire un hidour (une mesure de piété) et d'éviter ce genre de colorant, mais à proprement parler, il n'y a aucun interdit en cela, si ce n'est peut-être du « timtoum » (notion que l'on pourrait traduire par le fait d'avoir "l'esprit bouché", chose que l'on attribue, entre autres, au fait de ne pas manger cacher). Effectivement, je me suis renseigné auprès du responsable de la meilleure cacherout en Angleterre, Kadassia, et il m'a dit que les organismes de cacherout de haut niveau l'évitent, mais beaucoup d'organismes sérieux, de deuxième gamme, l'autorisent. Il est donc tout à fait légitime que le grand Rabbinat de France qui est, bien évidemment, un organisme qui s'adresse au commun du peuple, l'autorise."