Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

25

Jours restants

Du vin touché par un juif transgressant Chabbath...?

Question de Joseph :


"Bonjour Rav,



Est il possible d'interdire de toucher le vin à table à un juif qui manque de respect pour le chabbath (hiloul chabbath) par ignorance ou non investissement dans la thora. Est il comparable à un non juif aussi longtemps qu'il ne fait pas techouva? Est ce une amende ou pas d'utiliser du vin cuit (mevouchal) dans le cas de Me'halel Chabbat pour éviter des confrontations pendant le repas au risque de gâcher l'ambiance? merci
"



La réponse du rav Ron CHAYA :



Chalom M. Joseph,



"D'après la halakha, quelqu'un qui transgresse le chabbat befarhessia, c'est à dire devant un public de 10 juifs religieux au moins ( ou si 10 juifs religieux savent qu'il transgresse le chabbat), et qui touche un vin non mevouchal rend ce vin interdit à la consommation. Cela à condition qu'il transgresse le chabbat bemezid (c'est a dire qu'il a conscience de l'importance du chabbat et malgré tout le transgresse). Les décisionnaires du siècle dernier ont des avis divergents sur la définition de la conscience de l'importance du chabbat.


Le 'Hazon Ich dit qu'il faudrait qu'un tribunal rabbinique juge à quel point la personne est consciente ou pas. Il considère que la majorité des juifs aujourd'hui n'ont pas le statut de juifs conscients de l'importance du chabbat.

Le 'Hafets 'Haim est d'un avis contraire. Selon lui, à partir du moment où une personne sait que d'après la Torah il est interdit de faire cette action pendant chabbat, elle est considérée comme consciente.

Le Rav Eliachiv prend une position intermédiaire et dit que si une personne a été éduquée dans un pays où il y a des juifs religieux, il est considéré comme conscient, à moins d'avoir été éduqué dans une autre religion qui a su répondre à la soif spirituelle que chaque être humain est censé avoir. S'il habite dans un pays ou il n'y a aucun juif religieux, même s'il n'a pas été éduqué dans une autre religion, il est considéré comme inconscient.



Il est clair que je ne peux pas trancher entre ces trois avis. Donc au niveau de la loi concrète, on aura un doute si le vin est interdit ou pas. Un vin est interdit au contact d'un me'halel chabbat que s'il n'a pas été bouilli. Effectivement, la source de cet interdit provient de l'interdit d'utiliser un vin qui sert à des libations d'idolâtries. Or chez les idolâtres, un vin bouilli ne peut servir à une libation. C'est pour cela qu'un vin bouilli touché par un me'halel chabbat reste cacher.

Attention: aujourd'hui, beaucoup de vins sur lesquels il est marqué " mevouchal" ne sont pas bouillis, ils n'ont été que pasteurisés (c'est à dire qu'ils ont été élevés à une température de 80°C). D'après certains décisionnaires, cette température est suffisante pour considérer ce vin bouilli. Pour d'autres, il faut absolument qu'il y ait une ébullition réelle.

Afin d'éviter tout risque de confrontation qui pourrait gâcher l'ambiance, il suffit simplement de faire bouillir soi-même le vin auparavant (attention à ne pas trop le faire bouillir car il se transforme rapidement en vinaigre). Dès que l'ébullition apparaît, éteindre le feu, et le faire suffisamment à l'avance pour que le vin ne soit pas chaud, ce qui entraînerait des interrogations.





Au revoir et bonne chance,

Rav Ron Chaya"

Ecrire un commentaire

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Commentaires sur Blog : Du vin touché par un juif transgressant Chabbath...?

Aucun commentaire pour le moment

Les Dernières vidéos

Les + vues

Les + commentés

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Les paroles de Torah ressemblent à un sac de soie, difficile à tisser et facile à déchirer" "

(Avoth de Rabbi Nathan 31)