Pourquoi Dieu a-t-il besoin de nous créer ?


Pourquoi D.ieu a-t-Il "besoin" de nous créer ?! D.ieu a-t-Il simplement besoin

Ecrire un commentaire

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Commentaires sur Pourquoi Dieu a-t-il besoin de nous créer ?

Jerome, le

Chalom vé kol hakavod rav,
Merveilleux!!!!!!!


Michaela, le

Bonjour Rav,

J’aime tes enseignements, ils obligent ma raison à prendre conscience, et allègent mon cœur de mon orgueil.

Ne peut-on se suffire des capacités innées de l’Homme, et conformément à Gén 2-19 : « L’Éternel-Dieu avait formé de matière terrestre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel. Il les amena devant l’homme pour qu’il avisât à les nommer ; et telle chaque espèce animée serait nommée par l’homme, tel serait son nom. »

De cela, je comprends l’immense cadeau que l’Homme a reçu, celui de nommer et de comprendre la création voulut pas D.ieu., et aussi, de rendre chaque mot, et sens d’une langue sacrée, afin de pas perdre la capacité de raisonner juste.
Ainsi l’homme possède « la cohérence » d’énoncer sa « compréhension » à autrui, alors la compréhension commune devient une « connaissance » commune.
Or l’homme classe les connaissances dans les tours du « savoir », Nimrod fut le premier à batir une tour de Babel….mais combien depuis ?
Les tours de Babel sont les tours du savoir qui enferment les connaissances….donc l’Homme s’en trouve limité dans sa compréhension du monde puisqu’il doit apprendre et savoir….et donc renoncer au don divin de sa propre cohérence/compréhension.
Ainsi quand l’homme élève ses connaissances de la création dans une tour du savoir, c’est la volonté divine qui se retrouve enfermée. Alors le don de D.ieu qui permet à l’homme de se déterminer dans son intention et d’agir selon sa volonté se trouve limitée par l’homme lui-même.

De là, j’observe que les enfants comprennent alors qu’ils ne savent pas encore…..et je constate que les adultes qui ont le savoir ne le comprennent pas toujours, car la cohérence fondamentale d’une connaissance est ignorée.
Et je travaille dans l’administration….les diplômes et la réussite aux concours qui sont le paradigme de la promotion sociale à la français produisent une élite intellectuelle dont beaucoup, sont incapable de raisonner ou de vulgariser leurs savoirs.

Alors la vertu du shabbat est une scholastique dans le but d’approfondir la compréhension de la torah par une exégèse qui demande à étudier, raisonner, comprendre, et ce afin de permettre au cortex pariétal (hémisphère droit) de se développer, et de penser avec un vocabulaire adapter par l’hémisphère cérébral gauche pour comprendre et verbaliser la création, l’âme, l’existence, vivre, l’éthique.

Mais sans la capacité d’abstraction de l’hémisphère droit, l’Homme ne peut pas raisonner, alors soit il a le savoir, soit l’ignorance et la peur.

L’intelligence est la capacité à relier les connaissances et les perceptions, la raison étant la capacité de démontrer, démonter, remontrer, nommer et énoncer ce qui n’est pas un savoir mais avec le vocabulaire et les connaissances communes !!! Hélas.

Image et exemple d’une tour de Babel (Athènes):

Un tour de Babel pousse à l’envers, la création est en haut.

Fondations :

La création existe, l’Homme nomme ce qui est perceptible, et le nomme la « réalité ». L’Homme connaît ce qui n’est pas dans ses perceptions immédiates, et le nomme le « réel ».
Ainsi la création est une réalité dans nos perceptions, hors de nos perceptions ce qui existe est réel.
Ce qui est réel existe, c’est la vérité, ou est irréel et n’existe pas, c’est l’illusion.
Celui qui confond vérité et illusion n’est pas un menteur mais un ignorant.
Quand ce qui existe est perceptible, c’est la réalité.
Quand la réalité est conforme au réel, alors c’est juste mais ineffable en totalité.
Quand la réalité n’est pas conforme au réel, alors c’est une erreur ou un mensonge.


Rez de chaussée :

Socrate à la cohérence/compréhension, c’est le sage qui possédé par son savoir dialogue avec raison pour comprendre la création par l’axiome et la démonstration. (Esprit de géométrie blaise pascal fragment 466 Edition port royal) c’est lui qui formalise les principes.

1er niveau :

Platon à la compréhension/connaissance, c’est le philosophe qui rend intelligible la raison du sage pour permettre la compréhension sans la complexité de la cohérence. C’est lui qui formalise les connaissances.

2ème niveau :

Aristote à la connaissance/savoir, c’est le sophiste qui possède le savoir en classant les connaissances pour que le peuple apprenne et comprenne. Ainsi le savoir est censé être la lumière qui éclaire la raison….mais sous condition d’une langue fixe et immuable pour posséder le sens des mots et ainsi pouvoir raisonner juste. C’est lui qui formalise les savoirs.

3ème niveau :

Etudier, raisonner et comprendre et ne pas seulement se suffire d’apprendre pour savoir.
Le peuple, là, le bon sens se perd dans le sens commun (Descartes, début du 1er discourt de la méthode). Le particulier devient le général…tout se confond dans l’apparence qui possède l’unique valeur du visible. (Esprit de finesse blaise pascal fragment 466 Edition port royal)

Moralité :

Je vis en France, à Paris, j’ai conservé ma dignité d’homme et de père, mais j’ai pris un attribut de la femme qui m’accorde au féminin. Et je vois mes semblables dans la rue, au travail….ils n’ont même plus besoin de comprendre ce qu’ils font !....ils savent ou ne raisonnent pas ! Alors ils font ou ils ignorent….

Dès qu’un événement incohérent se produit ils s’émeuvent, se passionnent, mais l’occident ne sait plus raisonner car le sens commun de la langue française ne possède plus le bon sens du particulier. L’être humain devient une eccéité sans ipséité, alors les quatre mondes ou les quatre parties de l’âme sont ignorées.

L’intention est psyché/Yetsirah l’âme émotionnelle, je l’appelle « désir », l’action est soma/Assiah l’âme physiologique, je l’appelle « orgueil ».
Psyché et soma produisent l’acte involontaire, le lapsus, l’acte manqué et l’achat pulsionnel (c’est très moderne), c’est le psychosomatique. La matière, le plaisir des sens est l’envie de vivre, alors exister est suffisant ou superflu.
L’intention est ataraxie/Atsilut l’âme tranquille, je l’appelle « compréhension », l’action est nous/Beriah l’âme intellectuelle, je l’appelle « raison ».
Atsilut et Beriah produisent l’acte volontaire et intentionnel, c’est le libre arbitre. L’esprit, le plaisir d’être est d’exister, alors vivre est nécessaire.


Yetsirah et Atsilut sont l’envie, l’intention, le déterminisme, le « JE », là les incertitudes.
Assiah et Bériah sont la volonté, l’action, les conséquences qui produisent les effets, le « MOI », là les doutes.

Quand « JE » suis cause de « MOI », s’agit pour que les conséquences de mon intention soit conforme dans leurs effets. Mais par principe naturel donc divin, les conditions extérieures qui s’imposent à l’Homme sont les limites de sa volonté.

Ainsi l’intention est une cause dans le but d’un effet de principe, l’action se subordonne aux conditions pour cet effet. L’intention est réel, l’action est réalisation, les effets sont la réalité.
Le mauvais karma c’est quand l’intentionnelle est cause de l’involontaire, alors les effets sont inattendus !

Quand « MOI » « Je » désir le plaisir des sens. Ma conscience s’incarne dans mon plaisir, alors le « désir » de l’extase recherche l’orgasme de l’ «orgueil ».

Quand « JE » ne s’incarne plus dans l’ «orgueil » c’est la fin du cycle des réincarnions de la conscience, ou plus précisément de la prise de conscience.

Alors c’est l’éveil, le satori, le nirvana, (le Daath ? une alternative à kéther ?)…l’exaltation, le bonheur de comprendre que l’univers est cohérent, que tout ce qui est réalité est réel, mais tout ce qui est réel n’est pas réalité.
Que le réel de l’Homme est une pensée et non une vérité. Que l’expérience de l’Homme est une réalité et non une vérité. La création est une réalité, l’évolution est une intention qui manifeste une volonté de responsabiliser la nature l’Homme, face la nature de la création.
Le créateur est une pensée cohérente, mais D.ieu n’est pas une réalité vivante. D.ieu est réel, il existe. La création est l’unique miracle qui suffit pour dire que D.ieu est réel et existe.

Si D.ieu se manifeste en plus de la création, alors ça c’est un miracle ! La foi n’est pas de croire en la création et en D.ieu., car cela demande de la raison et de prendre conscience que c’est D.ieu qui foi en l’Homme, D.ieu à confiance en sa création.
La foi c’est de croire par le miracle d’une manifestation du divin, est-ce vraiment sage de croire que D.ieu va venir sauver l’humanité ?

Ou est-il plus juste et raisonnable de penser que D.ieu à fait ce qu’il fallait depuis le commencement, et que tout est en l’Homme.


Justification :

L’absence du sens des mots pour raisonner l’horreur que vit le monde aujourd’hui rend malheureux les simples d’esprit.
C’est l’effondrement de la langue qui permet de nommer la création qui ne permet plus de comprendre ce monde.
Mais la langue française n’étant pas sacrée, elle devient peuple, commune et incohérente.

Une langue est faite pour parler et raisonner, mais c’est par la raison qu’une langue se construit, et en perdant le sens et les mots que la raison décline. Quand le sens des mots vertu et moral se confond, le bien ne se distingue plus du mal. Et la beauté du sens de péripatéticien se confond avec prostitué et prend son vice !!! Plus rien ne veut plus rien dire, les synonymes deviennent des homonymes, le vice devient vertu. Je le sais bien puisque je vis avec l’apparence d’une femme.
Et la seule vertu de mon vice est de m’en être libérée l’esprit en restant moral dans la solitude d’une ascèse moderne.

Vertu d’une langue sacrée :

Si les rabbins n’avaient pas sauvé et préservé le plus intact possible l’hébreu et le sens des lettres et mots, le déclin et la décadence nous auraient frappés comme les autres civilisations qui ont perdu leur langue avant de perdre la raison par des mots et des idées « commune ».
Il y a 2016 ans le peuple d’Israël raisonnait dans une langue qui ne possédait plus la vertu de la l’hébreu, le langage Torah…les conséquences sont évidentes, pourtant même les chrétiens ont un évangile qui ordonne de ne pas toucher un trait, pas un iota de la loi de Moïse. Alors il y a un problème de compréhension, ou de mémoire ?

L’évolution d’une langue est comme un arbre qui pousse, mais s’il vient perdre ses racines, il tombe, hélas les racines des tours de Babel sont en haut, et la raison commune pousse par le bas, alors la chute est annoncée par la décadence.

Merci pour ta patience Rav,

Respectueusement,
Michaëla M.M


Vidéos Associées

Les Dernières vidéos

Les + vues

Les + commentés

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg
/files/img/Blog/que-nous-reserve-le-daech-les-jours-a-venir.jpg
/files/img/2016/GEOPO1.png

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/MidrachaSourceEte2017.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

http://www.torah-box.com/chavoua-tov/promo/376_Matot-Masse_5777.jpg
/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/Eliran-Sofer.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/MidrachaSourceEte2017.jpg

Citation du jour

""Le vrai progrès de l'Homme réside dans l'union de sa réflexion et de son action" "

(Rav Wolbe)