Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

38

Jours restants

La parnassa des avre'him


Ce cours vous a plu ? Soutenez Leava.fr en faisant un petit don :
26 € Revoir la vidéo
Concernant le fait qu'un homme qui étudie la Torah doive ou pas travailler pour sa subsistance, il est clair qu'on ne peut pas se dire "J'étudie la Torah sans travailler, et Hachem subviendra à mes besoins!". En effet, même si certaines personnes pourraient vivre ainsi (c'est-à-dire en s'en remettant complètement à Hachem, sans agir elles-même), la plupart des gens ne le peuvent pas. Et d'ailleurs, d'après le Rambam (repris par le Choulkhane 'Aroukh), un homme qui étudie la Torah doit travailler ; et s'il ne le fait pas, il en viendra à de graves fautes. Comment se fait-il alors que de nos jours, de nombreux avrékhim étudient la Torah sans travailler ? Cela est-il voulu (voire recommandé) par la Torah ? Pourquoi ?

Ecrire un commentaire

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Commentaires sur La parnassa des avre'him

Elie, le

Cher Rav,
Vous expliquez que les grands de la génération peuvent prendre les initiatives nécessaires pour sauver le judaïsme de leur époque, même en employant des méthodes nouvelles, qui pourraient être en désaccord avec des règles qu'on aurait pu voir les générations précédentes.
Je constate que lorsque d'autres grands maîtres de notre génération, tel le Rabbi de Loubavitch, ont lancé des campagnes des Mitsvot telle la campagne de Tefiline, ou envoyer des émissaires à travers les communautés juives dans le monde pour renforcer la Torah, c'est le même argument qui a été avancé. Le Rabbi expliquait qu'en temps de "guerre" il fallait employer des méthodes nouvelles pour sauver les meubles d'un judaïsme qui s'assimilait de manière alarmante.
Comment comprendre alors que certains grands du monde lituanien aient considéré ces mesures comme trop nouvelles et trop changeantes de ce qu'on avait pu voir jusqu'à maintenant, certains allant jusqu'à s'y opposer ?
Chaque Gadol a pris les mesures qu'il estimait adaptées pour sauver le judaïsme contemporain, ne devraient ils pas s'encourager l'un l'autre ?
Il ne me semble pas que le Rabbi de Loubavitch ne se soit opposé aux recommandations des grands de la Torah d'aller étudier à plein temps sans travailler, pourquoi certains autres Gdolim ont choisi de s'opposer à ses initiatives ?
D'autant plus que le travail réalisé par ces émissaires étant remarquable de par le monde, il paraît évident que cette initiative aussi était nécessaire ?


Anonyme, le

Chalom,

Lorsqu’on comprend que la vrai réussite est la connaissance de la Torah et accéder à de bonnes midot telles que l’humilité, 99% de tes questions disparaisse.

Il est vrai que si on a un statut de rav, on ne doit pas le souiller car il y a la notion de kévod haTorah (l’honneur de la Torah), mais c’est kévod haTorah mais pas notre propre kavod à nous, le vrai kavod à nous est d’accéder à la connaissance de la Torah et à l’humilité.

Hachem ne nous demande pas de faire une carrière, au contraire la carrière est « un panneau » dû au fait qu’on accorde une importance ne serait-ce que minime au regard des autres sur nous, chose qui est tout à fait insensée car ce regard n’indique en rien notre vrai valeur.
Il faut donc choisir entre le mensonge procurant les faux honneurs, si agréables, mais totalement dans la fiction, et entre la vérité ne procurant aucun honneur de la part des autres mais étant la seule voie nous accordant une valeur réelle, notre vraie valeur.

Comme l’écrit le rav Ovadia Mibarténora sur le Traité Avot (les Maximes des Pères) chapitre1, Michna 10, la Michna dit : « Aie la haine de la rabbanout » et il commente :
«Ne dis pas je suis un homme important et il est dégradant pour moi de travailler, car nous voyons dans la Guémara Pessa’him page 113a, il est écrit que Rav a dit à Rav Kahana : dépèce une charogne dans le marché pour obtenir ta subsistance, et ne dis pas je suis un Cohen, je suis un homme important, il m’est difficile d’agir ainsi ».

Au Revoir,
Rav Ron Chaya


Jerome, le

oui très bon cours, clair net et précis.
toda raba rav.


Dvora, le

פשוט צדיק כל הכבוד
C est tellement evident on Peut remercier a chaque instant Bore Olam d avoir le merite d être en Israel de vivre Notre Thora et d avoir des rabbanim comme Rav Chaya que vous ayez une longue et bonne vie en bonne Sante amen veamen


Anonyme, le

Chalom Rav,
N'y a-t-il pas un probleme de kavod (kavod personnel et kavod de la Torah) de voir des avrehim, des gens capables, intelligents, et qui plus est, representants de la hoh'mat haTorah, exercer des petits metiers non ou tres qualifiés comme jardinier ou plombier ? les metiers les plus bas de l'echelle sociale ?
- s'il s'agit d'un Maguid shiour, n'est-il pas honteux de voir son maitre faire un metier basique, a quatre pattes sous un evier ?
- s'il s'agit d'un avreh' "classique", qui ne connait que sa h'avrouta, n'est-il pas deprimant de ne se voir reussir, ni dans l'Etude, ni dans un metier un minimum valorisant, condamné à l'anonymat total ?

Que devient la "reussite personnelle" quand on abandonne toute ambition de "carriere" ?
Comment ces valeurs (reussite, kavod personnel, fierté) doivent-elles evoluer quand on prend le chemin de la Torah ?
Je n'arrive pas a croire qu'il soit sain pour un etre humain d'eteindre sa fierte a ce point ?
Comment arriver a etre fier d'etudier la Torah au point d'accepter d'etre plombier plutot que medecin ?
Merci beaucoup


Vidéos Associées

Les Dernières vidéos

Les + vues

Les + commentés

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Le juste tombe sept fois et se relève." "

(Le roi Salomon, Proverbes 24:16)