Kaparot de Yom Kippour 2020 - 5781

Chers amis,

La tradition est de remettre la valeur*  d'un poulet à la tsédaka, spécialement à des institutions de Torah.

Selon le « Ari Zal », maître de la Kabbale,  donner l'argent des Kapparot contribue à une année pleine de réussite matérielle et spirituelle ainsi qu'à une bonne santé.

L'impact positif que peut avoir cette petite tsédaka est certainement considérable dans ce monde et dans le monde à venir.

En versant vos Kapparot à Leava, vous contribuez à la diffusion de la Torah dans le monde entier et bénéficiez d'un bouclier extraordinaire, notamment dans cette période de pandémie du Coronavirus.

Rav Ron Chaya

* Le montant unitaire  d'une kappara (une par membre de la famille) est de 18€ - valeur numérique du mot "Vie" -

Date limite : Dimanche 27 septembre 2020 à 18h00

Reçu Cerfa délivré.

Cliquez sur le bouton en fonction du nombre de personnes de votre famille

1 personne    2 personnes

3 personnes    4 personnes

5 personnes    6 personnes 


Au delà de 6 personnes

** Don par paiement sécurisé

 

Pour les versements en France, reçu Cerfa délivré.

Pour les versements par virement en Israël, reçu 46 délivré

 

 


2

Jours restants

Voir des signes (Numérologie juive)


Ce cours vous a plu ? Soutenez Leava.fr en faisant un petit don :
26 € Revoir la vidéo

 Parle-t-on dans la Torah de superstition, de numérologie, de signes...? Doit-on prendre ces notions au sérieux ? Doit-on accorder à ces signes une signification lorsqu'ils se manifestent dans notre vie ? Sont-ils fiables lors d'une décision importante ? Explications.

Ecrire un commentaire

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Commentaires sur Voir des signes (Numérologie juive)

Zelfa, le

CHABBAT CHALOM

Le CHOULHAN AROUKH interdit tout ce qui rappelle la superstition.

Il est très dangereux de manipuler par le biais de la superstition car cela peut causer des déviances vers le chaos. En revanche si on l’utilise pour l’analyse et la compréhension de la vérité d’une situation ou d’un fait passé, les signes non "signifiants" qui ne demandent pas un raisonnement rationnel et que l’on appel « superstitieux » comme, les chiffres, les dates et plus généralement des événements où des éléments s’en réfèrent, peuvent être utilisés comme outils de connaissances - et de l’objet de celles-ci et des superstitions elles-mêmes. Mais pourquoi une éventuelle analyse de ces signes seulement après les circonstances ?
La superstition est la forme de pensée la plus archaïque de notre psychisme. En effet, bien qu’elle nécessite l’activité des deux sphères du cerveau - émotionnel et rationnel - elle utilise une minorité de systèmes lesquels ne sollicitent que quatre caractères : la peur l’espoir la mémoire et l’analogie. Par conséquent elle privilégie l’observation à la réflexion et est de ce fait animale.
Aujourd’hui nos logiques ont recours au mot "coïncidence" pour désigner de façon prudente ces faits ou « signes » répétitifs et parfois communs ou relationnels à d’autres instants. Il s’agit donc, pour l’être humain de substituer un effort de perception du moment présent avec tout ce que cela implique, à ce réflexe de pensée rudimentaire et du à l’ignorance, la méchanceté et la peur finalement.

LA PARACHAT nous invoque un passé en TORAH et nous évoque bien des coïncidences avec les évènements présents mais est-ce le passé ou le présent qu’il serait bon de lire avec le prisme d’un pseudo-spiritisme auquel les personnes aiment et flemment à s’attacher ? Je dirai le passé en premier car il fonde les voix du futur lequel n’est pas identique mais analogique sous bien des aspects. Ainsi nous pouvons poser les bases d’une réflexion grâce aux quatre niveaux d’interprétations pour enfin nous sauver de la prison des superstitions.


Fred, le

Salut Rav,
On est entouré de milliers de signes, encore faut-il les voir, c'est impossible pour la majorité, Juste en interpréter quelques-uns, difficile de ne pas se tromper.
C'est vrai que les colombes sont le signe que la fenêtre était ouverte, que si des colombes peuvent entrer dans la maison vide, autre chose peut faire de même. C'est comme le presque accident qui est le signe que dans des conditions identiques, l'accident peut arriver. Un signe est une information.
Les livres derrière vous, Rav, les 7 rangés dans les cases 8, les 8 dans les 7, les 6, des 3 dans les 2...est un signe mais comment l'interpréter ? (les élèves du Rav ne savent pas ranger les livres ?)
La recherche d'informations n'est pas un signe, je prête parfois quand quelqu'un m'en fait la demande, pourtant je ne prête jamais, je donne mais il faut souvent "payer" pour voir, si la personne me rend ou non mon "faux prêt", c'est une information.
Vous avez raison Rav, il faut raisonner "froid", beaucoup de gents sont pollués, moi comme vous parfois (il faut enlever les idées polluées car le message qui reste est fort)
Merci


Vidéos Associées

Les Dernières vidéos

Les + vues

Les + commentés

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

"« Le monde ne se maintient que par le souffle des enfants qui étudient la Torah » "

(Chabbath 119b)