Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

38

Jours restants

Question de Alexandre du Mardi 13 juillet 2010

Quelles sont les méthodes (de la Guémara) pour retrouver ou accroitre sa mémoire ?
,

Shalom RAV,

J'ai écouté un cours de Guemara ou l'on énonçait les méthodes pour accroitre sa mémoire ou retrouver ; pouvez-vous me les donner ?
Je n'ai pas bien compris la signification de "tremper" son index dans du sel !

Merci.

,

Chalom Alexandre,

Dans le Choul'han Aroukh, chapitre 170, alinéa 22, il est écrit qu'après chaque repas et chaque consommation de boisson, il faut manger du sel et boire de l'eau.
Le Réma (l'auteur ashkénaze des annotations au Choul'han Aroukh) fait une annotation en disant qu'on agira ainsi que s'il n'y avait pas de sel dans le pain ou dans les aliments, et si on n'a pas bu une boisson qui contenait de l'eau.

  • Il est vrai qu'aujourd'hui, la coutume de manger du sel et de boire de l'eau après le repas n'est plus pratiquée.
    Néanmoins, les décisionnaires ont écrit que bien que la coutume n'existe plus, il est bien de la pratiquer, d'autant plus qu'en général, comme cela est écrit dans la Guémara Horayot page 13b, le fait de manger du sel est une ségoula pour nous souvenir de ce qu'on étudie en Torah.

  • Il est vrai que d'après la Guémara, il n'y a pas une préférence à le faire à la fin du repas, mais vu que le Choul'han Aroukh, pour d'autres raisons, dit qu'il est bien de la faire à la fin du repas, c'est donc l'occasion de joindre les deux. Mais on peut aussi le faire à d'autres moments.

Comment on procèdera ?
On trempera ABSOLUMENT ou le majeur (le doigt du milieu) ou l'annulaire (le 4ème doigt en partant du pouce) dans du sel et on mangera le sel.

Attention, il n'est pas bon de faire cela avec les autres doigts.

Effectivement, il est écrit dans le Choul'han Aroukh, à la fin du chapitre 179, que si on le fait avec :

  • Le pouce, cela amène la mort des enfants (à D.ieu ne plaise).

  • L'index (le doigt à côté du pouce), cela amène la pauvreté (à D.ieu ne plaise).

  • Avec l'auriculaire (le petit doigt), cela amène :
    D'après certains avis : des furoncles ;
    D'après d'autres, l'assassinat ;
    D'après d'autres, la médisance sur nous.

A part cela, voici une petite liste non exhaustive de ségoulot qui amènent la mémoire de la Torah :

  1. Dire le Birkat ha-Tora de façon lente et méticuleuse
    (Noda béYéhouda et Tsla'h sur Berakhot 64)

  2. Idem dans la Berakha de Ahavat Olam
    (Haguaot de Rabbi Akiva Eiger, Yoré Déa, chapitre 376)

  3. Embrasser les livres d'étude, avant et après l'étude
    (Or Tsadikim, chapitre 22, alinéa 17)

  4. Étudier au Beit haMidrach et étudier à haute voix
    (Choul'han Aroukh, Yoré Déa, chapitre 246, alinéa 22

  5. Étudier avec joie et en mélodie
    (Tosphot, Méguila 32)

  6. Dire tous les motsaé Chabbat tous les versets dans lesquels sont rappelés le nom de Elihaou Hanavi
    (Tour, fin du chapitre 299)

  7. Dire tous les motsaé Chabbat 52 fois Elihaou
    (Matamim, au non du livre Séder Hayom)

  8. Regarder un Tsadik.
    Il est bien, pendant qu'on étudie, d'imaginer la tête d'un Tsadik, d'autant plus s'il s'agit de son Rav
    (Agra de Pirka, alinéa 86)

  9. Parler le moins possible
    (Maguen Avot du Tachbets, chapitre 3)

  10. La première fois qu'il neige durant la saison, se frotter le front 3 fois avec de la neige.
    Neige en hébreu se dit « chéleg », Guématria du mot « oubli » (Yalkout Maharia'h)

  11. Manger du pain ou des mézonot le matin
    (Baba Métsia, 107b) ;

  12. Manger les restes de la nourriture du repas d'un Tsadik
    (Aroukh Hachoul'han, chapitre 170, alinéa 16)

  13. Ne pas se mettre en colère
    (Nédarim page 22b et dans les écrit du Rabbi ‘Haïm Vital, dans Char Roua'h Hakodech au nom de Rabbénou ha-Ari, que l'essentiel de l'oubli provient de la colère)

  14. Être habitué à manger le matin du pain fait de farine de blé blanche avec un œuf légèrement rôti, sans sel, avec de l'huile d'olive
    (Or Tsadikim, au nom de Rabbénou ha-Ari, sur les bases de la Guémara Horayot 13b). 

Voici la traduction de la Guémara dans Horayot 13b.

Les sages ont enseigné :

«
5 choses peuvent faire oublier la Torah qu'on a étudié :

  1. Manger d'une chose qui a été entamée par une souris, un rat ou un chat,

  2. Manger le cœur d'un animal (bovin ou ovin),

  3. Manger fréquemment des olives,

  4. Boire le reste d'eau de sa douche,

  5. Se laver les pieds l'un sur l'autre en gardant les jambes croisées
  • Certains ajoutent mettre ses habits sous sa tête pour dormir.

5 choses nous rappellent notre étude de Torah :

  1. Manger du pain cuit sur des charbons ardents
    (Les commentateurs actuels expliquent qu'il s'agit tout simplement d'un pain qui est bien cuit, contrairement au pain qui n'est pas bien cuit qui provoque l'oubli de la Torah),
    et à plus forte raison le charbon ardent lui-même
    (je pense que cela signifie qu'il est bien qu'il y ait quelques petits restes de charbon sur le pain lui-même),

  2. Manger un œuf rôti sans sel
    (j'en ai déjà parlé un peu plus haut),

  3. Boire fréquemment du vin et respirer souvent des herbes odoriférantes
    (Rabba dit : le vin et les épices m'ont ouvert l'esprit),

  4. Consommer fréquemment de l'huile d'olive
    (Rabbi Yonathan dit : l'huile d'olive remet en mémoire 70 ans d'étude),

  5. Boire l'eau qui reste après qu'on ait pétri la pâte.
  • Certains ajoutent tremper ses doigts dans le sel et les sucer.
    (Rech Lakich précise un seul doigt ; Rabbi Yéhouda dit un seul doigt et pas deux ; Rabbit Yossé dit deux doigts et pas trois) ».

J'en profite pour te donner quelques ségoulot à ne pas faire car elles ont la capacité d'amener l'oubli de la Torah ; elles sont tirées aussi de la même page de Guémara (Horayot 13b).

  1. Celui qui passe sous la lanière relié à la muselière du chameau, à plus forte raison sous le chameau lui-même ;

  2. Celui qui passe entre deux chameaux ;

  3. Celui qui passe entre deux femmes ;

  4. Une femme qui passe entre deux hommes ;

  5. Respirer la mauvaise odeur d'une charogne ;

  6. Passer sous un pond d'une rivière dans laquelle il y a plus de 40 jours où l'eau n'est pas passée ;

  7. Celui qui mange du pain qui n'est pas complètement cuit ;

  8. Celui qui mange de la graisse de viande qu'il y a en dépôt sur la cuillère avec laquelle on touille dans la casserole pour enlever la mousse qu'on ne désire pas ;

  9. Celui qui boit directement de l'étang ;

  10. Celui qui passe par un cimetière ;

  11. Celui qui regarde la face d'un mort.
  • D'après un avis :
    Celui qui lit l'écriture inscrite sur une tombe
    (les décisionnaires ont expliqué qu'il ne s'agit que du cas où l'écriture est en relief, mais si les mots sont inscrits à plat, ou en creux, il n'y a pas de problème). »

A propos de l'olive qui entraîne l'oubli de la Torah, le Kaf ha'Haïm explique au nom de Rabbénou ha-Ari qu'il y a dans les olives une force impure qui provoque l'oubli de la Torah.
Mais si on a une certaine pensée de Noms de D.ieu, alors au contraire, on chasse cette force impure et cela provoque un meilleur souvenir de la Torah.

Quels sont les Noms de D.ieu auxquels il faut penser ?

  • El,

  • Elohim,

  • Mem-Tsadik-Pé-Tsadik
    (ces 3 mots ont la valeur numérique du mot Zaït/olive).

Je te donne encore maintenant quelques autres ségoulot tirées en majorité du Kountrass Zikhron Chnéour se trouvant à la fin du livre « Chémirat hagouf véhanéfech ».

  • Comprendre ce qu'on étudie (Yerushalmi Berakhot, Paracha 5, alinéa 1).
    De même le Rav ‘Hida dans Midbar Kédémot, dit que lorsqu'on explique le pourquoi des choses, on s'en souvient mieux
    (‘Hatam Sofer sur Chabbat, page 140b) ;

  • Faire des signes mnémotechniques
    (Erouvin 53a) ;

  • Minimiser ses plaisirs physiques
    (Choul'han Aroukh, Yoré Déa chapitre 246, alinéa 21) ;

  • Étudier en cachette
    (même chapitre, alinéa 22) ;

  • Étudier avec un seul Rav
    (Erouvin, 53) ;

  • Étudier lichma, c'est-à-dire de façon désintéressée
    (Yoma, 72b) ;

  • Ne pas dire « J'aime cette halakha ou ce passage de Guémara, et je n'aime pas cette halakha ou ce passage de Guémara »
    (Erouvin, 64a) ;

  • Étudier près d'un fleuve
    (Keritout 6a) ;

  • Penser aux paroles de Torah et pas aux pensées vaines
    (Chira Chirim Rabba, chapitre 1) ;

    Étudier avec des élèves
    (Erouvin, 54) ;

  • Étudier dans un livre (Yerushalmi Berakhot, 5, 1) ;

  • Citer ce qu'on a appris au nom de celui de qui on l'a appris
    (Na'hal quedoumim du Rav ‘Hidda au nom du Yerushalmi ; Chekalim chapitre 2, halakha 5) ;

  • Dire les noms des dix fils du Rav Papa lorsqu'on finit un traité du Talmud ;

  • Dire la prière de Rabbi Né'hounia ben Hakana à l'entrée et à la sortie du Beth hamidrach ;

  • Ne pas penser à des paroles de Torah dans les endroits où cela est interdit, ou au milieu de la prière
    (Séfer ‘Hassidim, chapitre 546) ;

  • Écrire des paroles de Torah
    (Maharcha sur Baba Batra, page 5, Dibour hamatril chéhayou)

  • Être habitué à fréquenter des Talmidé ‘Hakhamim
    (‘Houpat Eliahou) ;

  • Être yéré chamaïm
    (Berakhote 32b) ;

  • Être humble
    (Erouvin, 54) ;

  • Se prendre pour quelqu'un qui n'a pas de mémoire
    (Séfer Techouot ‘Hen au nom de Tosfot, au nom du Sar de Kotsi) ;

  • Ne pas être inquiet pour des problèmes d'argent
    (Sanhédrine 26b) ;
  • Prier à D.ieu dans ce sens
    (Nidda 70b) ;
  • Prier en pensée à ce propos lors du Kidouch lorsqu'on dit « Zékher lémaassé Béréchit »
    (le Rav de Monkatch dans son livre ‘Hamicha Maamarot, Parachat Vayé'hi) ;

  • L'étude de Torah Chabbat
    (Séfat Emet à la fin de Parachat Ki-tissa) ;

  • Dire 7 fois « Nér léragli dévarekha vé-or lintivati »
    (Kaf ha'Haïm 157, 29, au nom du Chévilé Emouna) ;

  • Ne pas mettre un habit à l'envers ;

  • Ne pas mettre une sandale gauche dans le pied droit
    (Kaf ha'Haïm, Yoré Déa 116, aliné 212, au nom du ‘Houpat Elihaou) ;

  • Ne pas mettre deux habits ensembles
    (Maguen Avraham, chapitre 2, alinéa 3, au nom de Rabbénou ha-Ari) ;
  • Idem deux chapeaux ensembles
    (Kaf ha'Haïm, chapitre 2, alinéa 6).

    Il y a ma'hloket si on peut enlever les deux habits ensemble.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

A voir :
Mauvaises choses pour la mémoire (1/4)
Mauvaises choses pour la mémoire (2/4)
Mauvaises choses pour la mémoire (3/4)
Mauvaises choses pour la mémoire (4/4)

À voir aussi, des liens vers d'autres ségoulot utiles :

Réagir sur Quelles sont les méthodes (de la Guémara) pour retrouver

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Caline, Lundi 12 août 2019

Bonjour, Peut-on prononcer à voix haute la prière et les Psaumes ou doit-on les dire dans son cœur, en silence, pour soi-même lorsqu'on fait la ta’anit dibour (puisqu'il ne faut pas parler, donc, le silence s'applique aussi aux prières) ? Merci...

Maxime, Lundi 12 août 2019

Chalom, Est-ce qu'on peut rentrer dans les tunnels du Kotel ? Quelles différences avec le Har ha-Bayit ? Merci...

Agapanthe, Dimanche 04 août 2019

Bonjour Rav, Est-il bien / mauvais / sans incidence de dormir la tête au nord ? La Torah parle-t-elle de ce genre de chose ? Nous avons deux enfants dont chacun a sa chambre, et dans toutes les chambres de la maison, y compris la notre, les lits sont installés au nord, mais cela c'est fait "comme çà", sans conviction particulière, uniquement car l'agencement des meubles en fonction des fenêtres, des murs et de la porte était le plus logique de ...

Orchis, Jeudi 01 août 2019

Bonjour Rav, Est-il possible que l’on soit la réincarnation d’un de nos ancêtres ? Merci...

Lysimaque, Mercredi 31 juillet 2019

Bonjour Rav, Est-ce qu'un chalia'h peut nommer un chalia'h pour accomplir sa mission ? Merci....

Kalmie, Mercredi 31 juillet 2019

Bonjour Rav, Vous dites dans un cours que Chabtaï Tsvi ou d'autres grands (j'ai pensé à Kora'h par exemple) ont dévié du Emet par le haut... Mais cela est effrayant car ça aurait pu arrivé à toute personne qui essaie d'être dans le Emet , étant donné que personne n'est parfait ? Faudrait-il alors ne pas vouloir aller trop loin dans la avodat Hachem ? Comment se fait il qu'ils soient autant descendus , alors qu'ils ...

Yossi, Mardi 30 juillet 2019

Bonjour Rav Chaya, Si je fais le mikvé vendredi soir après 'hatzot (minuit juif), est-ce que ça compte comme le mikvé de Chabbat durant la journée ? Merci...

Illan, Vendredi 26 juillet 2019

Erev Tov J'aimerais savoir ce que vous pensez des Falashas ? Éthiopien pratiquant la Torah. Et j'aimerais aussi votre avis sur le peuple Igbo du Nigeria qui pratique le judaïsme comme première religion ? Je souhaiterais une réponse sincère. Merci...

Hélianthème, Lundi 22 juillet 2019

Bonjour Rav, Est-il déconseillé de fêter un anniversaire avant la date ? Y’a t-il des halakhot en la matière ou n’est ce qu’une superstition ? Car pour des raisons de praticité, je souhaitais fêter les 1 an de ma fille 2 jours avant la date... Merci...

Daniel, Jeudi 18 juillet 2019

Bonjour rav, Quelles sont les meilleurs dimension d'un talit katan ? Dans quelles matières est-il préférable de le fabriquer ? Quelles sont les meilleurs dimension d'un talit gadol pour un homme d'1m76 ? Dans quelles matières est-il préférable de le fabriquer ? (c'est pour une commande personnalisé) Merci d'avance....

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Les sottises ressemblent par contre à un sac de jute, facile à tisser et dur à déchirer""

(Avoth de Rabbi Nathan 31)