Kaparot de Yom Kippour 2020 - 5781

Chers amis,

La tradition est de remettre la valeur*  d'un poulet à la tsédaka, spécialement à des institutions de Torah.

Selon le « Ari Zal », maître de la Kabbale,  donner l'argent des Kapparot contribue à une année pleine de réussite matérielle et spirituelle ainsi qu'à une bonne santé.

L'impact positif que peut avoir cette petite tsédaka est certainement considérable dans ce monde et dans le monde à venir.

En versant vos Kapparot à Leava, vous contribuez à la diffusion de la Torah dans le monde entier et bénéficiez d'un bouclier extraordinaire, notamment dans cette période de pandémie du Coronavirus.

Rav Ron Chaya

* Le montant unitaire  d'une kappara (une par membre de la famille) est de 18€ - valeur numérique du mot "Vie" -

Date limite : Dimanche 27 septembre 2020 à 18h00

Reçu Cerfa délivré.

Cliquez sur le bouton en fonction du nombre de personnes de votre famille

1 personne    2 personnes

3 personnes    4 personnes

5 personnes    6 personnes 


Au delà de 6 personnes

** Don par paiement sécurisé

 

Pour les versements en France, reçu Cerfa délivré.

Pour les versements par virement en Israël, reçu 46 délivré

 

 


Moins de 1

jour restant

Question de Odontosie de Sievers du Mardi 29 mai 2018

Jai remarqué que j’ai du mal a être dans la joie dans ma avodat Hachem...
,

Rav chalom,
Je vous écrit par rapport aux mérites et à la souffrances dans ce monde...

Depuis maintenant 2 ans j’étudie beaucoup de moussar ('Hovot Halevavot, Messilat Yécharim, Mikhtav mé-Elihayou), et le Rav de ma synagogue fait beaucoup de moussar (en plus d’être 'harif mamache.

Beaucoup de personnes fuient ce Rav mais malgré ses remontrances et sa dureté (et même si par moment ça me fait pas du tout plaisir) au fond de moi je sais que c'est le Emet et ca me fait suivre régulièrement ses chiourim, même si je vais me sentir au ras des pâquerettes par moment ...
Cependant avec le temps (surtout cette année) j’ai vu que j’ai beaucoup évolué dans ma avodat Hachem, je suis beaucoup plus stricte dans mes tefilot qu’avant dans mon étude de Torah quotidienne etc…

Je me remet constamment en question sur chacun de mes actes dans le travail, envers mes proches…
Mes proches me disent que je deviens un illumine avec les halakhot et les divré Torah que je dis le Chabbat base sur les mikhtave meElyahou et le Rav de ma sina qui nous demande de faire un gros travail intérieur pour travailler nos midot et notre avodat Hachem.

Seulement j’ai remarqué que j’ai du mal a être dans la joie dans ma avodat Hachem.
Cette remise en question constante , le fait qu’après chaque cours de moussar je comprends que chaque mitsva que je fais n’est pas mouchlemete, que de toute façon ce que je fais c’est le strict minimum et que la moindre petite fierté que je pourrai tirer d’une mitsva ou bien qu’une mitsva fait sans messirout nefech ne vaut pas grand chose m’enlève toute satisfaction ou joie dans la avodate Hachem.
J’arrive pas a tout faire de façon mouchlam quotidiennement chaque jour.

J’ai l’impression que vu mon niveau spiritual à l'heure actuelle, je ne peux pas me permettre d'être dans la joie dans ma avodate HM ; la seule chose qui me rassure un peu, c'est le Mamar du rav Dessler “זכר מצווה מצווה” ou je me dis que même si ce n'est pas mouchlam le fait d'arriver à faire un certains nombres de mitzvot tous les jours dont l'étude de Torah, c'est un z'hout en soi qu’Hachem m’a donné, vu qu’à la base, j'étais très loin de la Torah, et j'ai eu un processus de Téchouva depuis maintenant 10 ans.

  1. Est-ce que vous pensez que qu’il y’aurait une façon de travailler une certaine joie malgré que l'on ressent le fait d'être complètement à côté de la plaque par rapport à la véritable exigence de notre avoda par rapport a Hachem ? 

Ce que je vous ai decrit est un ressenti quotidien interieur entre moi le bon D… , mais je ne fais pas ressentir cela à ma femme et mes enfants.
Pour tout vous dire a contrario nous vivons jusqu’a aujourdhui avec ma famille une belle harmonie  ; nous avons un beau Chalom Bayit, même si par moment il peut y avoir des petits accrochages mais que l'on sait régler très rapidement Baroukh Hachem, des enfants en bonne santé, bli ayine hara, qui grandissent bien.
Nous avons depuis cette année une stabilité dans la parnassa Baroukh Hachem (on finit nos mois des fois avec un petit minus et d'autres fois avec un petit plus) en vivant normalement (nourriture, habits, ganim, frais de maison, quelques sorties et quelques achats de livres, masser, tsedaka, etc.).

Avec les descriptions que je vous ai décrit , je ne sais pas comment me situer par rapport a ma relation avec le bon D….

  • D’un côté, je ressens le fait de vivre dans une certaine harmonie ou je sais que dans notre génération c'est difficile.

  • De l'autre, je me sens loin d’Hachem en me rendant compte de la véritable exigence au niveau des midot des halakhot pour arriver à se rapprocher d’Hachem malgré tout ce que je mets en place et mes progress dans ma avodate Hachem .

En faisant rétrospection honnêtement, je sens que j'ai progressé en 10 ans (ma femme me le dit et m’encourage).

Pour résumer :

  • Comment interpréter ma vie par rapport au bon D… ?
  • Comment travailler sa joie dans le dereh Hachem malgré toutes ces exigences ?
  • Comment avancer avec un bon état d’esprit et une bonne ashkafa ?

Merci pour votre soutien et du temps que vous aurez consacre à mon message et à sa réponse .

,

Chalom,

Notre objectif est d’être le plus performant possible.

Il y a deux façons de nous booster :

  • le din
    et
  • la Ra’hamim,

le bâton et la carotte.

  • Si on exagère dans le din,
    on tombe dans la déprime et la tristesse, ce qui est pire que tout
    (le Rav Ben Tsion Aba Chaoul Zatsal a dit au nom de la Kabbala qu’aucun péché n’amène autant la touma, l’impureté, que la tristesse).

  • A l’inverse, si on est trop versé dans la Ra’hamim,
    on devient insouciant, on se dit que tout va bien, que nous sommes tous des Tsadikim et qu’on a droit au paradis malgré nos péchés.

Le but est donc de trouver un juste équilibre entre le deux afin de pouvoir exploiter nos capacités au maximum de leur potentiel et d’être ainsi le plus performant possible.

A une époque, les gens évoluaient beaucoup plus par le din que par la Ra’hamim, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.
A mon avis, de nos jours, il faut 1 ou 2% de din pour 98 ou 99% de Ra’hamim.

Autrement dit, tu dois lire des livres qui t’apprendront à quel point chaque mitsva que tu réalises a un impact positif considérable sur la réalité, combien tu es précieux aux yeux d’Hachem etc.
Évidemment, nous ne sommes pas mouchlamim (parfaits), mais ce que nous accomplissons a malgré tout une valeur plus qu’énorme.

Je viens de raconter une histoire du ‘Hafèts ‘Haïm à propos de sa rencontre avec le boulanger de Radin, sa ville.
Elle sera bientôt en ligne ou sur WhatsApp, je te conseille de la consulter.

Tu as aussi sûrement entendu de ma part l’histoire de Rabbénou Ari qui a dit à son élève, Rabbi ‘Haïm Vital, qu’il était l’équivalent de Rabbi Akiva.

Rabbi ‘Haïm Vital a objecté :

  • « Rav, comment est-ce possible ?
    Rabbi Akiva était un énorme projecteur tandis que moi, je ne suis qu’une minuscule lueur ! »

Rabbénou Ari lui a répondu :

  • « C’est vrai, mais de nos jours où les ténèbres règnent en maître, ta petite lueur fait autant d’effet que le projecteur de Rabbi Akiva… »

Cela a été dit à Tsefat il y a 500 ans !

Donc imagine un peu aujourd’hui…
À l’heure actuelle, le fait qu’un juif pratique les mitsvot, veuille se rapprocher d’Hachem et habite sur la terre d’Israël a une valeur incommensurable.
Il y a réellement de quoi danser toute la journée de bonheur, surtout toi qui es devenu plus religieux !

Un jour, le Rav Ben Tsion Aba Chaoul Zatsal a rencontré un baal téchouva qui lui a dit qu’il avait des problèmes et qu’il était un peu malheureux.
Le Rav lui a répondu :

« Tu es un baal téchouva ?
Tu devrais danser toute la journée !
 »

Ces paroles te concernent donc aussi.
Il faut se concentrer sur tout le bien qui se trouve dans nos actions et beaucoup moins mettre l’accent sur nos manques.
Sache regarder la moitié du verre plein plutôt que la moitié vide.

De même, lorsqu’on étudie, on regarde par la droite, c’est-à-dire ce qu’on a déjà étudié, et non par la gauche, c’est à dire ce qui nous reste à étudier.
Bien sûr, il faut aussi un peu de rigueur, mais beaucoup moins car sinon, on arrive à la situation dans laquelle tu te trouves où on est constamment triste.

Quand on y réfléchit, c’est vraiment absurde car Hachem est extrêmement content de nous.

Il faut bien que tu t’imprègnes de cela.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Agav ...
...

Réagir sur Jai remarqué que j’ai du mal a être dans la joie dans ma

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Lychnis, Jeudi 16 janvier 2020

Chalom Rav, Est-ce que de lire des livres sur le 'hinoukh ou le Chalom bayit comptent comme une étude de Moussar ? Merci Rav...

Gesse, Mardi 26 novembre 2019

Bonjour Rav, Comment travailler le yetser hara du paraître, de la pression de l'image de soi aux yeux des autres, afin d'être libre de rester soi même ? Merci beaucoup...

Ilan, Dimanche 24 novembre 2019

Chalom Rav, Est-il vain de prier Hachem pour recevoir ? Si d’abord nous n'avons pas fais sa volonté (notamment le travail des midot), alors pourquoi Hachem ferait-Il notre volonté si nous on refuse de faire La Sienne ? Par exemple, Hachem me dit : Arrête la paresse Arrête la gourmandise et moi je continue... Et ensuite, je dis à Hachem : Donne-moi ci Ddonne moi çà... N’es-ce pas un manque de respect vis à vis d'Hachem...

Ilan, Mercredi 30 octobre 2019

Chalom Rav, J'ai constaté qu'à chaque fois que je vais à l'encontre de l'une de mes mauvaises midots, Hachem me fait un miracle proportionnel à l’effort que j'ai fait... Pouvez-vous m’éclairer là dessus ? Toda raba !...

Ilan, Jeudi 24 octobre 2019

Chalom Rav, Les objets ont-ils des anges qui leurs sont dédiés ? (Exemple : ma tv ma voiture etc..) Les êtres vivant ont ils un ange aussi ? Si un juif fait Torah et mitsvot, travaille ses midot, etc, a-t-il un pouvoir sur La création ? Toda raba Rav...

Pitaya, Mardi 08 octobre 2019

Bonjour rav chaya Pourriez-vous m’indiquer un ou deux cours dans lesquels vous parlez de emouna en Hachem ? (Que tout est entre les mains de D.ieu que ce soit au niveau de la santé la parnassa ou autre chose Qu’on est des pions en résumé...) Merci beaucoup...

David, Dimanche 29 septembre 2019

Rav Chana Tova, Pourquoi lors des seli'hot on chante on est heureux et pendant alors que pendant Roch Hachana où on se fait juger, on ne fait même pas le Hallel ? Pour qu'Hachem nous guide, Il doit dépendre du temps. Comment peut-Il dépendre d'une chose qu'Il a crée ? Et s'Il n'en dépend pas, comment peut-on comprendre ? Merci d'avance pour les réponses...

Esparcette, Vendredi 13 septembre 2019

Chalom rav Chaya, Dans quelle optique doit-on pratiquer les mitsvots ? Doit-on davantage se concentrer sur le fait d'avoir un bon olam haba ou dans le but d'améliorer le monde et d'apporter un flux de lumière ? Somme nous obligé d'avoir un maître pour apprendre la torah ? Ne peut on pas apprendre en autodidacte ? Que faire si l'on ne trouve pas sa place dans une Yéchiva et que notre vision du monde diffère totalement des personnes qui s'y trouvent....

Immortelle, Mercredi 04 septembre 2019

Chalom Rav, J'aurais quelques questions sur la notion un peu de libre arbitre svp. Je vais prendre un exemple pour expliquer la question : On dit qu'il existe 2 zivoug pour une personne mais que malheureusement on peut se tromper et ne pas se marier avec son zivoug. Cependant, on dit qu'Hachem fait tout pour le bien, alors si il a fait en sorte que je me marie avec telle personne, c'est que c'était la meilleur chose à faire et donc que mon zivoug n'était pas ...

Epiaire, Lundi 26 août 2019

Bonsoir Rav, Un homme possède 100.000$ qu'il doit distribuer. Il y a 100'000 personnes pauvres. Est-il préférable de : Verser 1$ à chaque personne sachant qu'ils ne pourront pas en faire chose, ou Verser 100$ à 1000 personnes, car cela sera bien plus bénéfiques au moins à eux. Merci pour votre explication....

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Un être ne peut être complet que s'il a conscience d'avoir un manque" "

(Maharal de Prague)