Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

71

Jours restants

Question de Tourmaline noire du Dimanche 27 janvier 2019

Que signifie le passouk " Ki lo ma'hchévotaï ma'hchévotékhem " qui semble signifier que notre logique n’est pas vrai ?
,

Chalom Rav,

  1. J’ai compris que notre sékhèl  n’est pas "passoul" ; il faut le suivre, mais simplement à cause de nos taavot, parfois nous ne sommes pas droit, et la Torah nous rectifie.
    Mais alors, à ce moment-là, que signifie le passouk " Ki lo ma'hchévotaï ma'hchévotékhem " qui semble signifier que notre logique n’est pas vrai ?

  2. La raison pour laquelle nous acceptons la Torah est que c’est le émet, mais qu'est-ce que cela veut vraiment dire, le Émet ?
    C'est abstrait…
    Est-ce le Bien ?
    Est-ce peut-être le bonheur ?
    Je ne sais pas…
    Pourquoi faudrait-il absolument faire le émet ?
    (Je sais au fond de moi au niveau du régèch que je dois suivre le émet mais je n’arrive pas à le comprendre au niveau de sékhèl)

Merci…

,

Chalom,

  1. C'est un verset de Yéchayahou 55 :

    "Ki lo ma'hchévotaï ma'hchévotékhem".

    C'est très simple :
    J'avais donné l'exemple de la Mer Rouge, où les Béné Israël ne comprenaient pas quel était le plan d'Hachem car il leur manquait des éléments pour le comprendre, et Hachem n'a pas tout expliqué.

    De même, nous, dans le monde, nous ne comprenons pas pourquoi certains Tsadikim souffrent, car nous ne voyons qu'une image très petite de la réalité, celle du olam hazé.

    Nous ne voyons pas le olam haba, nous ne voyons pas la source de l'âme, nous ne savons pas quel est le tikoun de chaque personne.
    Nous pouvons donc penser qu'il y a une injustice, ou qu'Hachem se trompe dans ce qu'Il fait.

    Par conséquent, Il nous dit :

    "Tu ne vois pas tout. Toi, tu es dans le monde fini ;
    Moi, Je suis dans l'infini.
    Je vois toutes les pièces du puzzle, et tu n'en vois qu'une demi.

    Tu peux juger ce dont tu as clairement tous les tenants et aboutissants ; pour cela, tu peux utiliser le sékhèl.
    Mais si une personne prouve médicalement que le porc est très bon pour la santé (par exemple), Je t'interdis quand-même d'en prendre".

    La médecine ne voit que le côté physique du porc, alors que la Torah se focalise sur l'âme, la spiritualité ;
    des choses que nous ne voyons pas.

    En cela, les ma'hchévot d'Hachem ne sont pas les nôtres, et nous ne pouvons pas juger ni donner d'avis car nous n'avons pas tous les tenants et aboutissants.

  2. Nous faisons la Torah parce qu'elle est émet.

Le émet, c'est ce qui est vrai.
Ce qui est vrai, c'est ce qui existe.

Lorsque je dis quelque chose qui existe, je dis quelque chose qui est vrai.

  • Si je te dis "Je suis Ron Chaya.",
    c'est vrai ; car la personne qu'on appelle Ron Chaya, c'est moi.

  • Si je dis : "Je suis Napoléon",
    ce n'est pas vrai, car dans la réalité, je ne suis pas Napoléon.  

Le mensonge, c'est donc de dire une sentence qui est soi-disant réelle mais qui, en fait, ne l'est pas.
Alors que le émet, c'est ce qui est réel. 

On ne veut pas se tromper dans notre vie ; on ne veut pas être dans ce qui n'est pas.

On veut être.

La pulsion la plus puissante de notre néchama est de vouloir être. P
our pouvoir être, il faut adhérer au émet ; si possible, totalement, car chaque distance qu'il y aura entre nous et le émet aura des conséquences sur notre être ; nous empêchera d'exprimer totalement notre potentiel.

Bien sûr, c'est un idéal :

très rares sont les gens qui peuvent être 100% émet.

Mais on veut au maximum y arriver.  

Plus que cela :

  • Tout ce qui est réel n'est pas forcément émet.

Par exemple, un crayon existe, mais sa réalité est extrêmement éphémère :

Après quelques années, il n'existe plus.

  • Une table, après cinquante ans, n'existe plus.
  • Une maison, après quelques siècles, n'existe plus.
  • L'univers, nous savons qu'il ne durera pas plus de six mille ans ;
  • et même d'après les goyim, dans quelques dizaines de milliards d'années, le monde n'existera plus.  

Donc en fait, il n'y a pas de émet qui existe vraiment totalement, si ce n'est Hachem.  

La seule chose qui est vraiment émet, c'est-à-dire qui a une réalité qui ne disparaîtra jamais, qui a une vraie réalité, c'est Hachem.
Tout le reste a une réalité qui est plus ou moins fausse, car au bout d'un certain temps elle n'existe plus.
Donc on ne peut pas investir et compter sur elle. 

Hachem, dans Sa grande bonté, veut nous donner l'occasion d'exister dans la réalité qui existe vraiment.
Et cela se fait en adhérant à Lui, en accomplissant les mitsvot.

Tu as sûrement déjà entendu que le mot mitsva est composé de quatre lettres,

  • les dernières étant "Vav" et "",
    c'est-à-dire les deux dernières lettres du Nom Youd Vav

  • Quant aux deux premières lettres du mot mitsva ("Mèm" et "Tsadik"), elle correspondent en Atbach (un alphabet mystique dans lequel la première lettre de l'alphabet hébraïque
    - Le Alef - correspond à la dernière - au Tav ;
    - Le Beth correspond au Chine,
    - Le Guimel correspond au Rèch,
    - Le Dalet au Kouf etc...)

    Au Youd et au , les 2 premières lettres du Nom de D. 

Par conséquent, lorsque nous faisons les mitsvot, nous créons des réalités de Youd Vav

Youd Vav est non seulement un nom de D.ieu,

Mais c'est aussi une contraction de
Haya, Hové Véyihyé
(Il était, Il est et Il sera).

Cela signifie donc "éternel", "être" total.

  • Lorsqu'on fait des mitsvot, on est.

  • Lorsqu'on fait autre chose,
    on investit dans une chose qui ne va pas rester, dans une chose qui n'est pas ;
    dans du mensonge.  

Par conséquent, étant donné qu'on veut être, qu'on ne veut pas la mort, qu'on veut exister, notre impulsion devrait normalement être de faire les mitsvot.
Mais Hachem a créé un yétser hara, qui cache le émet, qui nous fait croire que le mensonge est la vérité.

  • La force du yétser hara est le mensonge.
  • Le mensonge dit qu'il est la vérité.
  • Un menteur ne dit pas qu'il ment ; sinon, on ne le croirait pas.
    Il dit : "JE suis le émet".

  • Le yétser hara nous dit :
    "Viens avec moi, tu vas kiffer.
    Tu vas ressentir très puissamment que tu vis".
  • Mais en fait, il nous fait vivre des plaisirs éphémères, matériels.  

Lorsqu'une personne mange, combien de temps elle profite ?
Il met une bonne nourriture dans sa bouche et la mâchouille ; cela dure au maximum trente secondes.
Après, il n'y a plus rien.

Rien de rien.

Ni le goût ni le plaisir de ce qu'on a mangé.

Tu n'es pas encore marié, mais il en va de même avec la femme : le plaisir est très très court, et après il n'y a rien.

Le yétser hara nous fait vivre soi-disant des choses vivantes, des choses qui procurent une sensation de vie.
Mais en fait, c'est un grand grand flop.
Et nous, nous voulons vivre vraiment.

On veut réellement être.
"Réellement" signifie "vraiment".

"Vraiment" veut dire "émet". 

Et il n’y a qu’Hachem qui est Émet.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Agav ...

Réagir sur Que signifie le passouk " Ki lo ma'hchévotaï

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Lychnis, Jeudi 16 janvier 2020

Chalom Rav, Est-ce que de lire des livres sur le 'hinoukh ou le Chalom bayit comptent comme une étude de Moussar ? Merci Rav...

Gesse, Mardi 26 novembre 2019

Bonjour Rav, Comment travailler le yetser hara du paraître, de la pression de l'image de soi aux yeux des autres, afin d'être libre de rester soi même ? Merci beaucoup...

Ilan, Dimanche 24 novembre 2019

Chalom Rav, Est-il vain de prier Hachem pour recevoir ? Si d’abord nous n'avons pas fais sa volonté (notamment le travail des midot), alors pourquoi Hachem ferait-Il notre volonté si nous on refuse de faire La Sienne ? Par exemple, Hachem me dit : Arrête la paresse Arrête la gourmandise et moi je continue... Et ensuite, je dis à Hachem : Donne-moi ci Ddonne moi çà... N’es-ce pas un manque de respect vis à vis d'Hachem...

Ilan, Mercredi 30 octobre 2019

Chalom Rav, J'ai constaté qu'à chaque fois que je vais à l'encontre de l'une de mes mauvaises midots, Hachem me fait un miracle proportionnel à l’effort que j'ai fait... Pouvez-vous m’éclairer là dessus ? Toda raba !...

Ilan, Jeudi 24 octobre 2019

Chalom Rav, Les objets ont-ils des anges qui leurs sont dédiés ? (Exemple : ma tv ma voiture etc..) Les êtres vivant ont ils un ange aussi ? Si un juif fait Torah et mitsvot, travaille ses midot, etc, a-t-il un pouvoir sur La création ? Toda raba Rav...

Pitaya, Mardi 08 octobre 2019

Bonjour rav chaya Pourriez-vous m’indiquer un ou deux cours dans lesquels vous parlez de emouna en Hachem ? (Que tout est entre les mains de D.ieu que ce soit au niveau de la santé la parnassa ou autre chose Qu’on est des pions en résumé...) Merci beaucoup...

David, Dimanche 29 septembre 2019

Rav Chana Tova, Pourquoi lors des seli'hot on chante on est heureux et pendant alors que pendant Roch Hachana où on se fait juger, on ne fait même pas le Hallel ? Pour qu'Hachem nous guide, Il doit dépendre du temps. Comment peut-Il dépendre d'une chose qu'Il a crée ? Et s'Il n'en dépend pas, comment peut-on comprendre ? Merci d'avance pour les réponses...

Esparcette, Vendredi 13 septembre 2019

Chalom rav Chaya, Dans quelle optique doit-on pratiquer les mitsvots ? Doit-on davantage se concentrer sur le fait d'avoir un bon olam haba ou dans le but d'améliorer le monde et d'apporter un flux de lumière ? Somme nous obligé d'avoir un maître pour apprendre la torah ? Ne peut on pas apprendre en autodidacte ? Que faire si l'on ne trouve pas sa place dans une Yéchiva et que notre vision du monde diffère totalement des personnes qui s'y trouvent....

Immortelle, Mercredi 04 septembre 2019

Chalom Rav, J'aurais quelques questions sur la notion un peu de libre arbitre svp. Je vais prendre un exemple pour expliquer la question : On dit qu'il existe 2 zivoug pour une personne mais que malheureusement on peut se tromper et ne pas se marier avec son zivoug. Cependant, on dit qu'Hachem fait tout pour le bien, alors si il a fait en sorte que je me marie avec telle personne, c'est que c'était la meilleur chose à faire et donc que mon zivoug n'était pas ...

Epiaire, Lundi 26 août 2019

Bonsoir Rav, Un homme possède 100.000$ qu'il doit distribuer. Il y a 100'000 personnes pauvres. Est-il préférable de : Verser 1$ à chaque personne sachant qu'ils ne pourront pas en faire chose, ou Verser 100$ à 1000 personnes, car cela sera bien plus bénéfiques au moins à eux. Merci pour votre explication....

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Une pièce dans une cruche se fait entendre, mais quand la cruche est pleine, on ne l'entend plus" "

(Baba Métsia 85a)