Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

26

Jours restants

Question de Noâm Nathan du Lundi 29 janvier 2018

Tout celui qui se vénère est un idolâtre
,

Chalom Kavod Harav,

Je me permets de vous écrire car j’ai vu que vous conseilliez des livres pour lutter contre ce fléau qu’est la colère :

Je me permets de vous faire part de mon histoire à ce propos et ajouter un livre à votre liste (à votre discrétion), il s’agit du Jardin des louanges du Rav Chalom Arouch.

Pour faire simple, disons que de nature très nerveuse, j’ai lu beaucoup de Moussar à propos de la colère, et j’ai réussi avec le temps à ne pas laisser cette colère gagner ma raison, et parfois, je devais lutter beaucoup pour arriver à rester calme, et j’étais assez content de moi (pas 100% de réussite, mais quand même de quoi en être fier, dans le bon sens du terme).

Et puis j’ai lu le Jardin des louanges, et mon approche a radicalement changé.

Je ne pourrai résumer la richesse de ce livre (un des meilleurs Moussar que j’ai lu jusqu’ici) à ces quelques mots, mais en gros, il nous apprend à dire merci, même quand tout semble ne pas aller.

Merci Ribono chel Olam que la personne qui prie devant recule dans mes 4 amot quand je suis encore dans ma Amida ; merci que celui-ci vient « chuchoter » la sienne dans mon oreille ; merci que je me reçois la grêle ; merci que le bus mette 35 minutes pour venir…
J’en passe et des pires (en fait, ce sont des meilleures, mais il faut intégrer cela… et c’est trop long à expliquer, il faut le lire pour le comprendre).

Alors vous me direz que c’est n’importe quoi de dire merci pour des choses aussi désagréables que ça… mais au fond, c’est tout le contraire.

Grace à ce livre, j’ai réussi à intégrer dans mon cœur quelque chose que je savais depuis le début :

Hachem dirige le monde, Il est bon, Son amour est infini et Il ne veut que mon bien ; toutes autres pensées allant contre ce principe de base ne sont que le jouet du yétser hara dans mon esprit, car rien au monde ne peut aller contre cette évidence !

Les seules questions que je dois me poser sont :

  • Qu’est-ce que je peux tirer de cette situation ?
  • Pourquoi n’ai-je pas joui de la protection d’Hachem à ce moment-là ?
  • Qu’est-ce que je dois faire pour m’améliorer ?

Donc la situation que je vis à présent est un bien infini que je me dois de percevoir.

En disant merci, je prends du recul au lieu d’intérioriser ; je vois à quel point je suis calme et serein de me souvenir précisément au moment où tout peut partir en « live » (comme j’aime à le dire, « tout celui qui se vénère est un idolâtre »), et tout ça pour quoi ?
Parce que la situation n’est pas comme je l’aurai souhaitée…
Une grande claque à mon orgueil qui me pousse à croire que j’aurai mieux géré cette situation qu’Hachem Lui-même…

C’est extraordinaire, au point qu’une de mes filles à dit à sa mère « Maman, depuis que Noâm Nathan lit ce livre, il a complètement changé ! » (et je n’étais pas un mauvais bougre avant, mais comme je l’ai écrit, cela n’a rien à voir !).

Puisse le Boré Olam continuer à me protéger de ceci, et de toutes les autres choses qui m’empêchent de faire Sa volonté, car chaque épreuve dans la vie, chaque désagrément me permet de me parfaire et de réparer, soit pour moi, soit pour ’Am Israël.

Ce que je raconte au sujet de la colère n’est qu’une goutte d’eau par rapport à la richesse de ce livre, et je profite donc de ce message pour recommander sa lecture (qui en vaut déjà la peine rien que pour ça)  qui explore de nombreuses facettes sur l’importance de savoir dire merci à Celui qui nous donne tout, tout le temps, et dont l’amour est incommensurable.

Un travail général sur toutes les midot qui s’attaquent à la racine de tout (Chalom Bayit, éducation, respect de Ben adam la’havéro…) quelque soit les épreuves qu’on traverse.

Voila, en espérant que ce conseil servira à grand nombre d’entre vous.

Noâm Nathan

,

Chalom Noâm Nathan,

Je publie ton commentaire.

Rav Ron Chaya

Réagir sur Tout celui qui se vénère est un idolâtre

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Glendalough, Mercredi 06 février 2019

Kvod HaRav Chlita Quel sefer étudier lorsqu'on est une femme pour mieux ressentir l'amour exceptionnel qu'Hachem nous porte ? Et surtout faire passer cette connaissance de l'intellect dans le coeur, et à notre tour aimer Hachem très fort... MERCI pour votre travail extraordinaire pour nous rapprocher de Lui... MERCI...

Seymour, Mercredi 06 février 2019

Chalom Rav, Comment définir en termes intelligibles le "EMET" ? N'y a-t-il qu'une seule réponse ? Est-ce que le EMET peut être différent d'un homme à l'autre ? Est-ce que c'est une sensation ou autre chose ? Merci...

Celb-al-Raï, Mercredi 06 février 2019

Bonjour Rav , La émouna ( je crois que Hachem est présent dans chaque instant de ma vie et dans le monde) ne parait pas naturellement évidente pour l'homme ! Est-elle innée ou nécessite-t-elle des efforts permanents afin de réaliser la réalité d'Hachem et Sa présence au quotidien ? Peut-on transmettre à nos enfants la émouna ? Le bitahone (qui me semble être un niveau supérieur car Hachem est ...

Beskides, Mercredi 06 février 2019

Boker Tov Rav Quelle différence Hachem fait entre le peuple juif et les goyim qui sont dans le émet ? Quelle distinction entre nous et les autres peuples qui nous aiment ? Est-ce que le bonheur d'une relation avec une femme (échanger des idées, partager des sentiments, se reposer l'un sur l'autre) peut-être comparer au bonheur qu'on a en pratiquant la religion et en étudiant la Torah ? Moi je pense oui... et vous ?-) J'attends avec impatience vos...

Fomalhaut, Mardi 05 février 2019

Bonjour Rav, Si tout ce qui nous arrive est pour le bien, alors même quand on a du ayin hara, c'est Hachem qui le veut... N'est ce pas mieux de nous améliorer ? Dans ce cas, est-il nécessaire de faire la technique du plomb ? Merci...

Gamma Cephei, Lundi 04 février 2019

Bonjour Rav, On parle toujours d’émouna et de bita'hone envers Hachem ; qu’elle est alors là frontière avec vivre dans un monde de bisounours sans ne plus faire d’effort (parnassa, santé, mariage...) ou l’on ne fait plus rien puisque tout vient d’Hachem. Merci...

Papilionidae, Mardi 29 janvier 2019

Réaction à Pourquoi Hachem a me semble-t-Il tout fait pour m'éloigner de Lui dès ma plus tendre enfance ? Bonjour Rav, Je reviens, décidément assez entrecoupé par mes diverses occupations courantes, compléter nos échanges sur cette importante notion de la Emouna, et surtout pour moi le plus crucial, les moyens de gérer les épreuves qui me sont envoyées par Hachem, de tenter de les comprendre et comprendre ses ...

Howlite, Lundi 28 janvier 2019

Bonjour Rav, Je viens de passer une terrible épreuve (la pire qu'une mère puisse subir), et j'avoue que votre citation du jour me laisse perplexe... Les épreuves de la vie représentent un bien inestimable et extrêmement élevé même si elles sont amères et extrêmement difficiles à supporter : Notre monde futur en dépend, au point que selon nos Sages, s’il devait s’écouler 40 jours de notre vie ...

Tourmaline noire, Dimanche 27 janvier 2019

Chalom Rav, J’ai compris que notre sékhèl  n’est pas "passoul" ; il faut le suivre, mais simplement à cause de nos taavot, parfois nous ne sommes pas droit, et la Torah nous rectifie. Mais alors, à ce moment-là, que signifie le passouk " Ki lo ma'hchévotaï ma'hchévotékhem " qui semble signifier que notre logique n’est pas vrai ? La raison pour laquelle nous acceptons la Torah est que c’est le ...

Stibine, Mardi 22 janvier 2019

Bonjour Rav, Par rapport à l’humilité... Dans les livres de moussar connus, il est écrit que l'homme ne doit même pas ressentir de valeur en lui...  Mais n'est ce pas contradictoire avec le fait de connaitre ses qualités ? Merci beaucoup...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Une personne humble parle avec douceur, évite les querelles et c’est un plaisir d’être en sa compagnie" "

(Ram’hal (Rabbi Moché Luzzatto) dans Messilat Yécharim)