TICHRI 2019-5780

100 % des sommes récoltées sont redistribuées aux familles !

"120 familles nécessiteuses que nous aidons régulièrement en Israël, en majorité francophones, comptent à nouveau sur nous, sur vous !
Les actions de Hessed envers nos frères en difficulté sont des mérites perpétuels de protection et de bénédiction pour nous et nos familles."

 

 

Rav Ron Chaya 


Question de Jtika du Dimanche 28 juin 2015

Est-il une réelle mitsva positive que d'aimer son prochain ? Comment peut-on obliger son cœur à aimer son prochain ? Cette obligation est-elle absolue, intangible ?
,

Bonsoir,

Je m'intéresse actuellement aux lois relatives à l'amour du prochain, et plusieurs questions surgissent, lesquelles j'espère vous allez pouvoir y répondre.

  1. Est-il une réelle mitsva positive que d'aimer son prochain (juif) ?
    Ou bien est-ce plutôt une interdiction d'haîr son prochain?

  2. Je sais que cette obligation implique concrètement celle d'aimer son prochain dans son cœur.
    Mais comment cela est-il possible?
    Comment peut-on obliger son cœur à aimer son prochain?

  3. Cette obligation est-elle absolue, intangible ?
    Ou bien au contraire cède-t-elle devant des hypothèses terribles, à certaines conditions ?

    Par exemple, si un juif nous a volé, doit-on essayer de faire la paix pour finalement, tenter de respecter cette mitsva qu'est celle d'aimer son prochain ?

  4. Qu'en est-il du racha?
    De l'apikoross ?

    Doit-on eux aussi les aimer et faire notre possible pour les aimer de tout notre coeur ?

Dans l'attente de vous lire, je vous souhaite un excellent Chabbat.
Merci

,

Chalom,

Voici les réponses à vos questions :

  1. Il y a une réelle mitsva positive d’aimer son prochain,

    • Comme il est écrit dans la Torah, Vayikra, chapitre 19 verset 18 :

      • Ne te venge ni ne garde rancune aux enfants de ton peuple,
        mais aime ton prochain comme toi-même :
        Je suis l'Éternel.

    • Il y a une autre interdiction dans la Torah, celle d’haïr son prochain,
      dans le même chapitre, verset 17 :

      • Ne hais point ton frère en ton cœur :
        reprends ton prochain,
        et tu n'assumeras pas de péché à cause de lui.


    Vous aurez plus de détails sur les critères de ces interdits en consultant les cours la haine (1/2) et la haine (2/2).

  2. Étant donné que la Torah nous oblige d’aimer notre prochain, il existe un moyen de contraindre le cœur à aimer.

    Vous aurez la recette en consultant les cours l'amour (1ère partie) et l'amour (2ème partie).

  3. On a le droit, et même l’obligation d’haïr le racha ; néanmoins, on ne pourra le faire que si on a rempli 4 conditions.

    Voici les 4 conditions qui donne le droit (voire l’obligation) d’haïr un racha :

    • Que nous l’avons vu nous-mêmes transgresser un interdit, ou qu’on ait des preuves dans son comportement que ce que disent les gens sur lui qu’il a péché soit vrai.
      On a le droit de croire ce que les gens disent sur lui si ce sont des choses qu’on peut vérifier facilement, et que tout le monde peut voir car les gens n’auraient pas menti de façon aussi grossière.
      On peut aussi croire ce que le gens disent sur lui s‘il y a des rumeurs continues de la majorité des gens de la ville sur cet homme.

    • On n’a le droit d’haïr cette personne que si le péché qu’il a transgressé est un interdit de la Torah, mais si cette personne n’a pas pratiqué une coutume d’Israël, on ne peut pas la haïr pour cela.
      En ce qui concerne les lois dérabannan, et même les lois Déoraïta, mais positives, les avis des décisionnaires divergent.
      Si une personne n’obéît pas aux décisions d’un tribunal rabbinique, on peut la haïr.

    • Il n’y a pas de limoud zekhout,
      c'est-à-dire que d’après les lois du limoud zekhout (c'est-à-dire l’obligation de juger son prochain favorablement), dans le cas de ce pécheur, on n’a pas de moyen de le faire.

      • Pour connaître ces lois, consulte ces liens,
      • Si on a vu un Talmid ‘Hakham faire un péché, même si on n’a pas de moyen de le juger favorablement, on doit néanmoins ne pas le haïr car on a la présomption qu’il a fait téchouva, mais si on le voit sans cesse revenir sur ce même péché, cette présomption disparaît.

    • On ne peut haïr le pécheur que si on est certain qu’il soit conscient de la gravité du péché qu’il fait.
      C’est pour cela que s’il s’agit d’un péché connu de tout le peuple juif, tel que d’avoir une relation interdite avec une non-juive ou une femme mariée, ou de manger du porc, on peut directement le haïr.
      Mais s’il s’agit d’un péché où il y a lieu de croire que le pécheur n’est pas au courant de la gravité du péché, on doit auparavant l’en informer, et si après l’en avoir informé, et qu’il a bien compris qu’il est pécheur en agissant ainsi et que néanmoins il continue à pécher, ce n‘est qu’à partir de ce moment qu’on aura le droit de le haïr.

    Il existe 3 raisons motivant cette obligation :

    • Il fait partie de la crainte de D. que de haïr le mal, donc aussi ceux qui le font ;

    • Pour s’éloigner du racha ;

    • Pour faire pression sur lui pour qu’il se repentisse.

    Bien qu’on ait la permission (et même l’obligation) d’haïr le racha,
    néanmoins on n’a pas le droit de ne pas avoir pitié de lui et de ne pas l’aider quand il en a besoin,
    mais cela ne concerne que le pécheur qui pèche par envie,

    mais celui qui se bat pas principe contre la Torah,
    ou qui ne croit pas en la Torah,
    ou qui incite d’autres gens à ne pas pratiquer la Torah,
    nous sommes dispensé de l’ aider même dans ses malheurs.

  4. Comme susmentionné, on ne fera pas de distinction entre le racha et l’apikoross dans le droit ou la mitsva de les haïr. 

  • Néanmoins il y a une distinction entre eux si on a le droit de ne pas leur donner l’aide dont ils ont besoin comme susmentionné.

    • Attention, il s’agit de racha ou d’apikoross qui sont conscient de la gravité des actes qu’ils font.
      Aujourd’hui, comme indiqué dans ce lien, ils ont souvent et d’après certains avis un statut de tinok chénichba.

  • Néanmoins, il existe un type de pécheur qui même s’il n’est pas au courant de la gravité de ce qu’il fait, nous avons néanmoins la mitsva de le haïr, et même l’interdiction d’arrêter de le haïr :

Au revoir,
Rav Ron Chaya 

Suite

Réagir sur Est-il une réelle mitsva positive que d'aimer son prochain

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Julien, Mardi 17 septembre 2019

Bonjour Rav, J'ai de nouvelles questions, notamment suite à la lecture d'un auteur dont vous avez parlé, le professeur Gerlad Schroeder. Je vous serais très reconnaissant si vous pouvez m'éclairer et vous remercie plus généralement pour votre ardeur depuis tant d'années dans la recherche de la Vérité : Gerald Schroeder dit que le nom que D.ieu donne est "Je serai ce que Je serai" ? Est-ce bien le futur qui est utilisé deux ...

Sacha, Lundi 16 septembre 2019

Kvod harav, On dit que toute la Torah (écrite et orale )a été donné au mont Sinaï par Hachem a Moïse et aux Bnei Israël qui l'ont transmise de génération en génération. Cela veut dire que en l'an 2300-2400 de notre ère a peu près nous avons reçu les Neviim, les prophètes et donc leurs histoires qui ne viennent que des années plus tard Question encore plus ''anachronique'' Nous avons ...

Sainfoin, Dimanche 15 septembre 2019

Shalom Rav, Dans la Guémara Sanhédrîn 100a, il y a une discussion entre les Maîtres sur la hauteur qu'atteindra l'homme en amot. Je me suis souvenu de votre cours qui traite du Midrach, en disant qu'on parle dans ces cas-là d'hauteur spirituelle et non physique (sinon un homme de 200 amot comme dit Rabbi Méir dans cette Guémara, ce serait bien haut !). Mais voilà que la suite de la Guémara m'a "déboussolé" ! En ...

Zack, Dimanche 15 septembre 2019

Chalom, Que sont devenus les enfants qu'Adam n'a pas eu avec 'Hava ? Qui était concrètement Lili.th ? Merci Au revoir...

Astrance, Dimanche 15 septembre 2019

Bonjour, Qu'est ce qu'exactement les Ourim Vétoumim et comment fonctionnaient-ils ? Pourquoi Moïse avait besoin d'un bâton pour accomplir "ses" miracles ? Merci, Au revoir...

Perce-neige, Vendredi 13 septembre 2019

Bonjour, J’ai accouché d’une petite fille ; comment de passe le compte des jours pour le mikvé ? Merci de votre réponse Chabbat Chalom...

Chèvrefeuille, Jeudi 05 septembre 2019

Chalom Rav, Pourquoi ne se rase-t-on pas avec une lame ? Merci d'avance...

Jean-Claude, Lundi 02 septembre 2019

Chalom Rav J’ai suivi avec attention vos cours sur l’origine du monde et j’ai une question sur interprétation à donner aux actes de création posés par Hachem. Si j’ai bien compris vos leçons, hormis le libre arbitre laisséà l’homme, l’ensemble du monde matériel est régi par les lois de la nature fixées par Hachem, notamment les 4 forces fondamentales ainsi que toutes les conditions ...

Edelweiss, Lundi 02 septembre 2019

Chalom Rav A la fin de masse'het Ohrayot il est dit qu'il y avait des Talmidé 'Haramim qui connaissaient toutes la Torah comme elle a été donné au Sinaï . On sait que Mordékhaï était le Gdol Hador, et donc connaissait la Massé'het Méguila, donc savait tous ce qui allait se passer... Plus aucun suspense donc ! Est-ce vrai ? Merci d'avance...

Ygal, Dimanche 01 septembre 2019

Bonjour Rav, Nous avons accepté la Torah sans savoir ce qu'il y avait dedans (Naasé vénichma), ce qui a fait notre spécificité vis à vis des nations, qui au contraire voulaient en connaitre le contenu avant de l'accepter... Mais pourquoi, lorsqu'il s'agissait de la terre de Canaan, avons nous adopté l'attitude complètement inverse, en exigeant de la voir et de la sonder avant d'y entrer ? En vous remerciant....

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg
/files/img/Blog/que-nous-reserve-le-daech-les-jours-a-venir.jpg
/files/img/2016/GEOPO1.png

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Si je ne suis pas pour moi, qui le sera? Et si je suis pour moi, qui suis-je? Et si ce n'est maintenant, quand ce sera?" "

(Pirke Avoth (1-14))