Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

73

Jours restants

Question de BenTsion du Jeudi 27 octobre 2011

Mes questions portent sur l'éducation des enfants...
,

Rav,

Ma question concerne l'education religieuse des enfants.

Je suis père d'un garçon de 5 et d'une fille de 3 ans.
Ils ne sont pas en école juive pour le moment, je vais donc me charger de leur éducation en attendant.

L’éducation apportée par les Talmud Torah (mes enfants sont trop jeunes pour y aller) ne me conviendra pas et je ne prendrais pas le risque de les y envoyer car j'estime que l'enseignement y est malheureusement frelaté et souvent bâcle (1h "efficace" / semaine - 1 maître pour 30 enfants souvent surexcités).

Aujourd'hui mes enfants apprennent par la pratique au quotidien et en vivant les Chabbatot et 'hagim, à travers leurs parents, je trouve que de voir son père faire une croix sur un match qu'il n'aurait jamais raté si ce n’était pas yom tov ou simplement mettre ses plus beaux habits, galoper pour être à l'heure à la téfila alors que d'habitude il est peu inquiété par ses retards, de voir ses parents différents et intransigeants pour la Torah, interpelle les enfants et donne un sens des priorités qu'ont ne pourrais transmettre différemment.

Mes questions précises sont :

  1. Par quoi commencer à leur age ?

  2. Comment aborder les sujets, faut il leur donner une vision infantile des choses ou faut il leur fournir la version "adulte" exemple:
    Si tu ne fait pas cela tu seras punit alors que la notion de punition n'existe pas en tant que tel... ou encore l'assimilation entre nourriture taref = mauvais pour la santé etc..

  3. Enfin connaissez vous des supports (livres) valables pour nous aider ?

Merci beaucoup

,

Chalom BenTsion,

Il est clair que l'exemple personnel est plus parlant que toute autre chose.

  1. Il est bien de raconter de très belles histoires de Tsadikim ou de la Torah car les enfants y sont très sensibles, cela les touche au plus profond de leur cœur.

    La Torah doit être montrée par son plus beau côté, donc lorsqu'un enfant agit mal, il ne faut pas menacer d'une punition, on peut simplement dire qu'Hachem n'aime pas cela et que c'est très dommage.
    Lorsqu'on veut au contraire le motiver à faire une chose, il faut lui dire qu'Hachem aime beaucoup cela.

    Quand les enfants entendent beaucoup parler d'Hachem, ils finissent par avoir une grande confiance et un grand attachement à Lui, et veulent faire Son désir.

    Nous devons faire attention nous-mêmes à ne pas faire souffrir nos enfants de nos mauvaises midot, celle à éviter à tout prix est la colère. 

    Lorsqu'on doit punir, et parfois on doit punir, on doit d'abord se calmer, expliquer pourquoi on punit, puis punir. Mais il est exclu de laisser nos pulsions animales se défouler sur nos enfants, c'est le pire des mauvais exemples à leur donner.
    En agissant calmement et posément, ils apprendront eux aussi plus tard à ne pas céder à leurs mauvaises pulsions. Il faudra aussi faire attention à ne jamais mentir, si on promet une chose il faut la réaliser car dans le cas contraire, l'enfant apprend des parents qu'il n'est pas si grave de mentir.

    Si les enfants voient que les parents sont respectueux l'un envers l'autre et avec l'entourage, et qu'ils sont nobles dans leur façon de se comporter, ils le seront eux aussi.

    Et bien sûr, le contraire est tout aussi vrai :
    Si les enfants voient que nous sommes jaloux et envieux, que nous poursuivons les honneurs, l'argent et les futilités de ce monde, ils s'engageront eux aussi dans cette mauvaise voie. Il est donc impératif d'être un exemple pour eux.

    En deux mots, il y a beaucoup de travail, non seulement dans l'éducation de nos enfants mais aussi et surtout dans notre propre éducation.

  2. A propos du fait d'assimiler nourriture taref à mauvais pour la santé, je pense que c'est un mensonge car la Guemara dit exactement le contraire.
    On peut tout simplement leur expliquer que la nourriture non-cachère est mauvaise pour notre âme, elle nous rend animal et mauvais, et c'est contraire au désir d'Hachem qui veut notre bien.
    C'est la vraie explication et il n'y a pas une meilleure explication autre que celle qui est vraie.

    Dernier conseil, the last but not the least :
    Le Steïpeler disait que les gens croient que l'éducation des enfants se fait par une bonne éducation, il dit que c'est vrai que ce n'est que 40% de l'éducation. 60% du reste de l'éducation est la résultante des prières que nous adressons à Hachem en ce sens.

  3. Consulte ce lien.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Réagir sur Mes questions portent sur l'éducation des enfants...

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Bleuet, Dimanche 08 décembre 2019

Kvod HaRav, J’ai entendu que garder les cadeaux de ses ex pouvaient bloquer le Mazal. Est ce vrai ? Merci...

Jasmin, Lundi 02 décembre 2019

Boker tov Rav, Vous m'aviez convaincue lors d'un week end séminaire en 1996 de la divinité de la Torah, car comme vous le répétiez si bien "si toute cette Torah vient des hommes et pas de D.. alors moi bonjour Honolulu la plage les cocotiers!!" . Mon gros problème aujourd’hui est que, depuis presque 2 ans mariée, je me retrouve à ne pas pouvoir tomber enceinte car mon ovulation tombe pendant les שבעה נקיים soit bien avant mon ...

Onagre, Mardi 26 novembre 2019

בס"ד Bonjour, Ma fille de 2 ans veut sortir de son lit a barreau et dormir dans un grand lit ; peut-elle dormir tête-bêche avec un de ses frères (6 et 4 ans) ? A partir de quel âge des frères et sœurs n'ont pas le droit de dormir ensemble ? Merci beaucoup. Kol touv...

Xanthium, Mardi 19 novembre 2019

Bonsoir Rav, Quelles sont les halakhot lorsque la femme ne va pas tarder à accoucher ? Merci....

Pulsatille, Dimanche 10 novembre 2019

Chalom Rav, J'ai envie de faire que du collel ; que répondre aux gens qui me disent fait moitié collel, moitié travail ? Merci d'avance...

Phacélie, Mercredi 23 octobre 2019

Chalom Rav, J'ai lu dans Yalkout Yossef qu'une mère qui veut pas que son fils dorment dans la soucca (car elle a peur pour lui), du coup il sera obligé de l'écouter. Est-ce selon tous les posskim et est-ce que ça marche même le 1er soir ? Merci d'avance...

Polygale, Mardi 17 septembre 2019

Kvod Harav, J'ai plusieurs chéélot : A partir de quel âge puis-je amener mon fils à la choul ? Quelles téfilots prioriser ? Comment l'occuper ? Mon jeune fils a certaines fois un comportement effronté, il n'accepte pas la réprimande et répond mal certaines fois. C'est un enfant plutôt précoce qui analyse, comprend et retiens les choses rapidement Baroukh Hachem. Comment gérer ces conflits et arriver à ...

Phacélie, Dimanche 08 septembre 2019

Bonjour Rav, Si D. veut je vais me marier avec ma femme et nous discutons sur le fait d’avoir un enfant durant notre première année tout en sachant que nous sommes étudiants à l'université. Ma femme quant à elle commence sa première année dans une nouvelle ville (avec moi) et ne sent pas prête car elle veut prendre ses repères dans sa nouvelle vie avant d avoir un enfant en utilisant le moyen de contraception ...

Seren, Dimanche 18 août 2019

Bonjour Kvod HaRav, Je voudrais savoir s'il vous plaît, s'il est permis à un enfant de faire le tikoun 'hatsot dans la première année du deuil d'un parent. Merci d'avance....

Benjamin, Mercredi 14 août 2019

Chalom Rav! J’avais une question concernant le Pidyon HaBen. Est-ce qu’un père adoptif est tenu de faire cette mitsva ? Par exemple, un homme qui épouserait une veuve qui est enceinte de son défunt mari (et dont l’enfant est son fils premier né), est ce que le nouveau mari, qui sera le père adoptif de l’enfant, peut faire le rachat ou pas ? Merci beaucoup! En espérant la venue immédiate du Machia'h !...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Qui est sage? Celui qui ne dédaigne les leçons de personne." "

(Pirke Avoth IV-5)