Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

69

Jours restants

Question de Weigela du Vendredi 22 décembre 2006

Ma vie passe-t-elle après celle de mes parents ?
,

Bonjour cher Rav,

Je vous écris en espérant faire avancer les choses.
J'ai 24 ans et ça fait sept ans que mes parents ont divorcé.

Je pensais vraiment que ça serait une bonne choses car au moins on ne les entendrait plus se disputer ma soeur et moi, et je pensais qu'ils retrouveraient chacun un mazal avec qui ils seraient plus heureux.

Mais je suis terriblement peinée, que ni l'un ni l'autre n'aient refait leur vie, ils sont seuls chacun de leur coté, leur vie est encore plus triste que s'ils étaient restés ensemble.

Que faire?
Mon père a 64 ans et ma mère 49ans,
on habite à Lyon mais il est très difficile ds cette ville de se rencontrer déjà pour les jeunes, c'est compliqué alors pour des gens de leur age c'est désespérant.

ils ne méritent pas de rester seuls, est ce que c parce que ils n'auraient pas du se séparer qu'Hashem les punit ?

En tout cas, le fait de voir mes parents comme ça joue beaucoup sur mon moral et mon comportement et je me sentirai coupable de les laisser encore plus seul quand je vais devoir partir car à 24 ans, il serait tant que je pense à me marier.

Merci d'avance pour votre aide.
Shabbat chalom

,

Chalom,

Je comprends que cela te peine de quitter tes parents, mais la Torah est très claire à ce propos, il est dit dans la Genèse :

c’est pour cela qu’un homme quittera son père et sa mère et s’unira à sa femme, et ils ne formeront plus qu’une seule chair.

D. veut qu’à un certain stade de la vie on quitte ses parents pour s’unir à son conjoint.
De plus, la Torah statue clairement que si deux personnes sont dans le désert et qu’une des deux a une gourde suffisante pour une seule personne seulement, elle la garde, même si c’est au prix de la vie de l’autre.

Ma vie passe avant celle de l’autre, ta vie passe avant celle de tes parents, donc tu dois commencer à te construire.

Maintenant, être triste ne va rien arranger, au contraire.
Soit en paix, prie D. que chacun de tes parents trouve son mazal, et s’il y a une possibilité qu’ils se remettent ensemble, peut être vaut-il la peine d’œuvrer dans ce sens.

J’ignore leur situation, mais si cela est possible c’est une mitsva.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Réagir sur Ma vie passe-t-elle après celle de mes parents ?

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Eliahou, Vendredi 28 juin 2019

Chalom, A partir de quand un endeuillé qui vient de faire les chiva, peut-il faire chéhé'hiyanou sur un Talith neuf ? Merci...

Clématite, Lundi 17 juin 2019

Bonjour, J'aimerai savoir si le prénom de Naomi est un prénom qu'il est bon de donner ? Je sais qu'elle a été la belle mère de Ruth mais je n'en sais pas plus et j'aimerai savoir si elle n'a pas un destin "trop dur" ? Merci...

Silène, Vendredi 14 juin 2019

Bonjour Rav, Quand la hazkara d'un proche tombe un jour où je ne peux pas aller le visiter (un jour où je travail, le cimetière est loin de mon domicile), puis je y aller la veille ou deux jours plus tard ? Cela a-t-il la même valeur que si j'y étais allé le jour même de la hazkara ? Cette année, cela tombe un jeudi, je peux y aller soit le mercredi soit le dimanche....  Y-a-t-il une certaine valeur à y aller le jour de ...

Euphorbe, Vendredi 07 juin 2019

Bonjour Rav, Je me marie bientôt si D. veut, et j’aimerai savoir s'il est possible que ma future femme prenne pour témoin son beau-père (le nouveau marie de sa mère), sachant qu'il est Chomer Chabbat et tout... Merci...

Carline, Mardi 04 juin 2019

Chalom, Ma mère très âgée est dans une maison de retraite sur une chaise roulante toute la journée, totalement dépendante pour la nourriture et les soins. J'ai le choix entre deux établissements : Un non-cachère où le confort et les soins sont plus important (que le deuxième qui lui est cachère) Il possède du matériel plus adapté et plus confortable Les soignantes sont tout le temps ...

Sheratan, Jeudi 09 mai 2019

Bonjour Rav, Est-il vrai qu’un enfant ne peut ni prendre la place de son père à table et ni dans son lit ? Merci...

Muscari, Mercredi 08 mai 2019

Cher rav Ron Chaya, J'ai perdu mon papa il y a presque 2 ans, et depuis qu'il est parti, je pense constamment aux choses que je pourrai faire léilouï nichmato. Qu'y a-t-il de mieux à faire ? J'ai pensé à une étude quotidienne par des ba'hourim, à offrir des livres pour une synagogue, mais je suis un peu dans le flou... Auriez-vous la possibilité de m'aiguiller ? Merci...

Rose trémière, Vendredi 12 avril 2019

Bonjour Rav, J’ai écouté votre cours sur les célibataires qui viennent passer Pessa'h en Israël. J’ai donc une question : Ma mère est célibataire, elle habite en France et voyage pour Pessa'h en Israël ; doit-elle faire 1 jour ? Malgré le fait qu’elle ne prévoit pas du tout de venir habiter en Israël pour l’instant, même si on lui présente quelqu’un... Merci...

Azalée, Lundi 01 avril 2019

Chalom, Est-ce que les parents qui ne sont plus de ce monde continuent à prier pour leurs enfants ? Merci...

Muphrid, Jeudi 14 mars 2019

Chalom alehem Rav, Vous aviez dit une fois que lorsqu'un père se lève de sa chaise dans un salon par exemple alors le fils qui est assis alors il doit se lever pour honorer son père Ok Tant que le père est debout on doit rester debout aussi? Si votre réponse est oui, si le père monte à la Torah, est-ce qu'on doit rester debout jusqu'à qu'il se rassoit en fin de compte ? Kol touv chavoua tov...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

"Qui est riche? Celui qui est satisfait de ce qu'il a, dit Rabbi Meir. "

(Chabbat 25b)