DIFFUSION DE LA TORAH

Soutenir les actions du Rav Ron Chaya et acquérir un mérite éternel dans la diffusion de la Torah francophone* :

  • Plus de 80 nouveaux cours diffusés chaque mois

  • Plus de 1000 questions personnelles répondues chaque mois

  • plusieurs dizaines de milliers d’abonnés sur tous nos supports

⇒  Tout cela grâce à vous ! Aidez-nous à développer cette diffusion

  • Reçu cerfa et Seif 46 pour défiscaliser jusqu'à 66% 

 

RAV RON CHAYA

 

+ d'infos : Pour plus d'informations, vous pouvez m'appeler l'après-midi au 00972.2.586.84.90 

Défiscalisation en France : 66 % du montant de votre don peuvent être déduits de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable). L’excédent net éventuel peut être reporté sur les 5 années suivantes. 

 


Question de Jordana du Lundi 31 octobre 2016

J'essaie de comprendre les halakhot de Hol Hamoed...
,

Kavod HaRav,

J'essaie de comprendre les halakhot de Hol Hamoed...
Je trouve le concept difficile à comprendre.

Si j'ai bien compris, si c'est pour notre corps, la fête, ou le bien être du public, on peut faire toutes les melakhot nécessaires pour accomplir la tâche.
Est-ce exacte?

Dans cette même pensée, est-ce que le téléphone est permis ?
La voiture ?
Ouvrir le courrier ?
Raccrocher les décorations de la soucca qui sont tombées parterre ?

Et toutes les sorties de hol hamoed en famille, au parc d'amusement ou au musée, est-ce permis ?
Ces endroits sont bondés de juifs religieux, alors j'imagine qu'il y a permission ?

La ligne n'est pas aussi claire que pour Chabbat, voilà pourquoi je trouve difficile de comprendre les interdictions.
Merci de votre aide !
Merci encore

,

Chalom Jordana,

Les lois de ‘hol hamoèd sont nombreuses, complexes et surtout méconnues du grand public. Cela est fort dommage car la sanction de la transgression des lois de ‘hol Hamoed est grave :

Une telle personne n’a pas part au olam haba
(si elle le fait de façon prémédité).

Il existe une discussion entre les décisionnaires cherchant à savoir si toutes les lois de Chabbat s’appliquent également à ‘hol Hamoed (dans le cadre des conditions expliquées ultérieurement (5 types d’autorisation de faire une mélakha pendant le Moëd), Massé hédiote pour le moèd, ou s’il s’agit de davar ha’avèd, un cas amenant à une perte, etc.) ou si seules les mélakhot nécessitant un certain temps de réalisation ou un certain effort sont interdites.
En revanche, on autoriserait les mélakhot rapides à effectuer et n’impliquant aucun effort, tel que porter une chose dans la poche à l’extérieur, allumer et éteindre, faire un nœud, arracher des plantes de la terre pour rien, etc.
En raison de cette discussion, les décisionnaires actuels recommandent d’opter pour l’avis sévère et d’éviter même les mélakhot qui ne nécessitent pas d’effort et qui sont rapides à faire. 

Néanmoins, il sera permis à ‘hol Hamoed de faire toutes les mélakhot indirectement et non avec l’intention de les faire.
Bien qu’à Chabbat, on interdira mélakha chéèna tserikha légoufa, psik récha, celles-ci seront permises à ‘hol Hamoed
Par exemple, ouvrir le frigo bien que cela allume la lumière et que cela ne soit pas nécessaire, ou encore se rincer les mains au-dessus d’une pelouse, bien que cela arrose l’herbe et qu’il n’est pas dans notre intention d’arroser l’herbe pendant ‘hol Hamoed mais de simplement se laver les mains, etc.
En revanche, il est interdit de faire à ‘hol Hamoed une chose demandant un grand effort bien qu’il n’y ait aucun interdit en cela car il faut profiter de la fête durant ces jours et non faire de grands efforts qui diminueraient notre joie.

Concernant les lois dérabannan, certaines ont été autorisées, et d’autres, interditess, voici une liste non-exhaustive des interdits :

  • Dire à un goy de faire une mélakha déoraïta interdite à faire ‘hol Hamoed,
  • Mettre des légumes en conserves,
  • Faire du commerce, etc.

Il est en revanche permis de porter des objets mouktsé pendant ‘hol hamoèd, tremper des ustensiles au mikvé, prélever des teroumot oumaasserot, sortir de la ville plus loin que 960 mètres, penser et parler de ses affaires, visiter un bien dans le but de l’acquérir ou de vérifier l’avancement de la construction, vérifier le prix d’un futur achat.

Il existe 5 raisons d’autoriser d’accomplir des mélakhot déoraïta durant ‘hol hamoèd :

 

  1. Davar ha-avèd : En raison d’une grande perte financière ou spirituelle ou d’un risque important de perte (et non faible).
    On a le droit de faire une mélakha même professionnelle, mais on tentera de la réaliser de façon discrète.
    Un manque à gagner, c’est-à-dire, non pas une perte mais une occasion ratée de gagner beaucoup n’est pas considéré comme davar ha-avèd.
    Toutefois, on pourra effectuer une telle mélakha si se présente à nous un gain important et tout-à-fait inhabituel et à la ondition de ne pas avoir attendu ‘hol Hamoed pour la faire.

    Il est permis de faire une mélakha permise bien quelle nous amènera à une situation de davar ha-avèd si l’occasion ne se représentera plus.
    Par exemple, se procurer des raisins car c’est le meilleur moment pour cela mais une fois en notre possession, devoir fabriquer du vin sans quoi les raisins vont pourrir.
    Si l’action en question demande un grand effort, elle est interdite à moins de risque de danger ou une très grande perte.

  2. Tout ce qui est lié à la préparation de la nourriture est permis à ‘hol Hamoed bien que cela requiert beaucoup d’efforts et un acte professionnel. On peut même vendre ensuite nos préparations. 
    On peut également réparer des ustensiles à cette fin, à moins d’avoir attendu ‘hol Hamoed pour le faire.
    On peut aussi faire toutes les mélakhot dans toutes conditions pour des raisons médicales ou des raisons d’hygiène.

  3. Une personne qui n’a pas de quoi manger, c’est-à-dire qui n’a pas de quoi subvenir aux besoins minimaux de sa famille – cela inclut aussi de la viande et du vin pour la fête, payer des factures qui doivent être réglées durant la fête (mais pas après la fête) – pourra faire toutes sortes de travaux interdits durant ‘Hol Hamoed.
    Néanmoins, elle préfèrera le faire de façon discrète, et si elle peut vendre de la marchandise qu’elle possède, elle choisira aussi cela plutôt que de faire des travaux interdits.
    On a le droit de faire travailler quelqu’un qui se retrouve dans cette situation en lui faisant faire des travaux interdits durant pendant ‘Hol Hamoed, bien qu’on n’ait pas besoin du fruit de son travail et que ce soit avant ou après la fête, tout cela pour subvenir à ses besoins.
    Néanmoins, cette personne n’aura pas le droit de faire la lessive pour nous.

  4. « Tsorké Rabim », une nécessité publique :
    On a le droit de faire toutes sortes de travaux interdits pendant ‘Hol Hamoed, même s’il s’agit de « Maassé Ouman », c’est-à-dire un travail nécessitant un savoir professionnel, même s’il est très difficile de le réaliser et même si on l’a laissé pour ‘Hol Hamoed.

    Qu’appelle-t-on une nécessité publique ?
    Tout ce qui concerne le grand public tel que la réparation des routes, d’un Mikvé, la tuyauterie ou toute autre réparation d’électricité desservant un immeuble ou plus, la réparation d’un ascenseur ou d’un camion qui amène de la nourriture ou autre chose nécessaire au public, le fait d’enlever des choses dans le domaine public pouvant nuire au public etc.
    Tout cela à condition que le public va bénéficier de cela durant ‘Hol Hamoed, mais si ce ne sera le cas qu’après la fête, il n’est permis de réaliser que des actions simples (« Maassé hédiote », qu’on expliquera au point suivant) ; néanmoins, il sera autorisé d’agir ainsi même si on a prévu de le faire durant la fête alors qu’on aurait pu le faire avant.

    Toute chose à faire pour une personne décédée qu’on doit enterrer est permise durant la fête.

  5. Maassé hédiote , une action simple :
    Si cela ne nécessite pas un grand effort, il est permis de réaliser toute action qui ne fait pas partie des 4 points précédemment cités pendant ‘Hol Hamoed, bien qu’elle soit interdite déoraïta durant Chabbat et Yom Tov, et à la condition qu’on fasse cette Mélakha afin d’en tirer un profit pendant la fête, même s’il y a un doute à ce sujet.
    Cela dit, il faut quand même qu’il y ait de grandes chances pour qu’on en profite durant la fête.

    On pourra faire ce type d’action soi-même ou demander à quelqu’un qu’il la réalise pour nous, si possible gratuitement.
    Si ce n’est pas possible, on pourra la rémunérer pour cela. Mais si on réalise la Mélakha sans aucun but, et qu’on l’accomplit uniquement parce que cela nous fait plaisir (comme pêcher par exemple),  cela est interdit.

    Même pour une Mitsva, on n’a pas le droit de faire une Mélakha nécessitant un savoir professionnel, mais seulement une Mélékhèt hédiote, c’est-à-dire une action simple, et aussi à la condition que ce soit pour la fête.
    S’il s’agit d’une Mitsva qu’on ne peut réaliser que maintenant et pas après, alors il est permis de la réaliser même lorsqu’elle nécessite un savoir professionnel.

    Si on fait cette Mitsva pour soi-même et pas pour quelqu’un d’autre, il est même permis de la faire si on en a besoin juste après la fête à condition que ce soit une Mélékhèt hédiote, une action simple (telle que préparer des Tefillins, des Tsitsit ou des Mézouzot).

    Qu’appelle-t-on une action simple ?
    Pour qu’elle soit considérée en tant que tel, elle doit respecter 3 conditions :

    I) N’importe quel homme peut la faire bien que ce ne soit pas sa profession.

    II) Elle ne demande pas une grande dextérité ni une trop grande attention.

    III) Aucune connaissance professionnelle n’est requise pour la réaliser.

    Chaque Mélakha nécessitant un certain temps d’apprentissage est considérée comme une action professionnelle et non comme une action simple, sauf la conduite en voiture qui est donc une action permise si on agit ainsi pour la fête. Même si une action est très simple à réaliser et ne demande ni dextérité, ni attention, ni effort pour un professionnel car il est habitué à la faire, cela lui est interdit durant ‘Hol Hamoed. Il est permis de faire une action professionnelle Béchinouï (différemment que d’habitude).

Il ne s’agit que des principes majeurs de ‘Hol Hamoed.
Comme je l’explique au début de ma réponse, ces lois sont nombreuses, touffues et méconnues.
C’est pour cela qu’il ne faudra rien faire sans bien étudier ces lois auparavant, ou poser la question à une autorité rabbinique compétente.

(Réponse écrite sur les bases du livre Piské Téchouvot, début du tome 6)

Au revoir,
Rav Ron Chaya

A voir agav ...

Réagir sur J'essaie de comprendre les halakhot de Hol Hamoed...

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Raphael, Mardi 11 février 2020

Chalom Rav, Quelle est la berakha sur du sushi ? Chéhakol ou mezonot ? Merci Rav....

Astrance, Dimanche 09 février 2020

Chalom Rav, Lorsque je finis de servir le contenu d'une casserole le Chabbat et qu'elle se retrouve vide, est ce que cette casserole devient mouktsé ? En vous remerciant par avance...

Ethan, Jeudi 06 février 2020

Bonjour Rav, Le Chabbat en hiver nous rentrons de la synagogue vers 18h00 : Devons-nous faire le Kiddouch dès qu’on rentre puis manger ou Pouvons-nous attendre 20h puis manger ou bien Faire kiddouch sur du mezonot puis prendre le repas vers 20h car vers 18 h nous avons pas très faim... Lorsqu’il n’y a pas d’endeuillés à la synagogue après une étude ou le Kaddich Yatom pendant la tefila, quelle personne est ...

Raphael, Jeudi 06 février 2020

Bonjour Rav, Mon père a acheté un poisson,nommé la dorée du lac et il y a avait les œufs de poisson qui venaient avec ,mon père m’a dit qu’il vient d’apprendre que ce n’est pas cachère. Est-il vrai que les œufs de poissons sont pas cachères ? Merci...

Liseron, Vendredi 31 janvier 2020

Chalom kvod haRav, J'ai beaucoup de mal avec les lois du trempage au mikvé... Pourriez vous me les expliquer les conditions du trempage et les matériaux qu on doit tremper ...? Merci à vous...

Avigaïl, Jeudi 23 janvier 2020

Chalom, Etant donné que le lait de nos jours est stérilisé, est ce que c'est considéré comme bouilli ? Merci...

Fabrice, Mercredi 22 janvier 2020

Chalom Rav, Lorsqu'on étudie seul, doit-on étudier à voix haute ou étudier et lire dans sa tête est suffisant ? Si quelqu'un ne sait pas se concentré en étudiant à voix haute, peux-il étudier dans sa tête afin d'avoir un meilleur résultat ? Je vous remercie pour votre réponse et vous souhaite tout le meilleur. Chalom...

Perce-neige, Jeudi 16 janvier 2020

Chalom Rav, Lorsque je retire une gousse d'ail de la tête d'ail, les autres gousses voisines de celles que j'ai retirée et qui restent attachées à la tête se retrouvent en partie découvertes. Est-ce que cela rentre dans l'interdit de laisser de l'ail ou de l'oignon découvert la nuit ? Si on fait cuire volontairement un oignon qui est resté découvert la nuit, la casserole dans laquelle on a cuit cet oignon doit être ...

Laura , Mardi 14 janvier 2020

Bonjour, Je voulais savoir si il était possible d’utiliser un mixeur plongeant 'halavi pour une sauce tomate neutre mais cuite dans une casserole bassari. Est-il possible qu’une femme fasse la havdala ? Cordialement Merci...

Buglose, Dimanche 12 janvier 2020

Chalom Rav En ce moment il se dégage chez moi une odeur d'égout qui remonte probablement par les canalisations. Je ne peux malheureusement pas faire partir l'odeur en permanence car à Paris il fait très froid et en plus bien que nous sommes en hiver il y a des moustiques qui rentrent. Est-ce que si je mets un masque pour ne plus sentir l'odeur je peux réciter mes berakhots, faire ma tefila et étudier etc. ? Est-ce que si à force d'être ...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Sache d'où tu viens, où tu vas, et à Qui tu auras à rendre compte de tes œuvres" "

(Pirke Avoth 3-4)