DIFFUSION DE LA TORAH

Soutenir les actions du Rav Ron Chaya et acquérir un mérite éternel dans la diffusion de la Torah francophone* :

  • Plus de 80 nouveaux cours diffusés chaque mois

  • Plus de 1000 questions personnelles répondues chaque mois

  • plusieurs dizaines de milliers d’abonnés sur tous nos supports

⇒  Tout cela grâce à vous ! Aidez-nous à développer cette diffusion

  • Reçu cerfa et Seif 46 pour défiscaliser jusqu'à 66% 

 

RAV RON CHAYA

 

+ d'infos : Pour plus d'informations, vous pouvez m'appeler l'après-midi au 00972.2.586.84.90 

Défiscalisation en France : 66 % du montant de votre don peuvent être déduits de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable). L’excédent net éventuel peut être reporté sur les 5 années suivantes. 

 


Question de Jojoba du Jeudi 09 juillet 2015

Que fait-on lorsque nos parents nous demandent à manger un jour de jeûne ? Comment savoir s'il faut être me'hallel Chabbat 'il y a un doute que la vie d'une personne soit en danger ?
,

Kavod HaRav,

Deux petites questions pour vous...

  1. Que fait-on lorsque nos parents nous demandent de leur servir à boire ou à manger lors d'un jour de jeûne tel que le 17 tamouz?

  2. Je sais que s'il y a un doute que la vie d'une personne soit en danger lors de Chabbat, nous devons aller à l'hôpital.
    Mais qui ou qu'est-ce qui détermine la véracité d'un doute ?

    Je suis infirmière donc pour moi les choses ne sont pas aussi 'affolantes' que pour une personne qui ne connaît rien à la médecine.
    Par contre, j'ai tendance à prioriser le Chabbat en tout temps.

    Comment savoir s'il faut être me'hallel ?
    Est-ce noir ou blanc?

Merci et Chavoua tov

,

Chalom,

Voici les réponses à vos questions :

  1. On ne peut pas servir à boire ou à manger à nos parents s’ils nous demandent cela le jour d’un jeûne tel que le 17 Tamouz, à moins qu’ils en soient dispensés.
    On ne peut pas transgresser un interdit Dérabannan ou même une coutume du peuple d’Israël pour le Kiboud Av Vaèm.

  2. Étant donné qu’on doit transgresser le Chabbat dans un cas de danger de mort même si on a un doute éloigné en ce qui concerne cela, on ne prendra aucun risque et on transgressera le Chabbat dans tous les cas où la Halakha le stipule.

Je ne pourrai pas vous donner une liste complète, voici une liste non-exhaustive de cas qui, d’après la Halakha, sont considérés comme un Pikoua’h Néfèch, un danger de mort, et qui nécessitent donc de faire un ‘Hiloul Chabbat.

  1. Lorsqu’un médecin juge qu’il y a un danger pour la vie d’une personne, même si ce danger n’est pas immédiat ; si la personne est susceptible de se mettre en situation de risque si elle ne se soigne pas tout de suite, il s’agit d’une situation de Pikoua’h Néfèch.
    Idem si le médecin dit qu’il n’y a pas de danger mais que le malade sent qu’il est en danger de mort.

  2. Dans les cas suivants, on transgresse Chabbat même sans l’avis d’un médecin :
  • une haute fièvre accompagnée d’un sentiment de malaise sans qu’on connaisse la raison de cette fièvre.
    Une fièvre (même peu élevée) chez les bébés et les vielles personnes.

  • Une forte douleur interne dont on ne connaît pas la raison, et il se peut qu’il s’agisse d’une maladie grave.
  • Toute blessure interne, c’est-à-dire intérieure à la denture.
  • Une hémorragie interne ou externe.
  • Toute hémorragie.

  • Une fracture d’os ouverte, et même fermée s’il agit d’un os long dont les morceaux bougent à cause de la fracture.
  • Une blessure profonde due à un ustensile métallique.
  • Un grand coup dû à une pierre ou un objet métallique.
  • Une blessure risquant de s’infecter.
  • Une blessure infectée à cause de diverses sortes de saletés s’y trouvant.

  • Tout résultat d’un coup pouvant mettre une personne en danger si on ne la soigne pas.
  • Tout coup ayant pu endommager les vaisseaux sanguins, à moins qu’un médecin ne dise qu’il n’y a pas en cela un danger de mort.
  • Une blessure infectée causant une enflure ou une inflammation des lymphes derrière les oreilles, sous les aisselles ou au cou.
  • Une blessure de laquelle sort une marque en forme de trait rouge faisant croire à une infection.

  • Une maladie dans un des organes du corps qui risque de mettre l’ensemble du corps en danger.
  • Un gros furoncle, et même un petit s’il se trouve à l’intérieur des lèvres et qu’il est accompagné de fièvre.

  • Une insolation ou des brûlures graves, que ce soit par le soleil, de l’eau chaude, du feu ou un produit chimique.
    Une brûlure moins grave chez des bébés ou des personnes âgées, et même chez une personne bien portante si cela touche un endroit sensible du corps tel que la paume de la main, le visage, les articulations etc.

  • Une piqûre d’un frelon ou même d’une abeille pour une personne qui y est allergique.
  • Une morsure de chien, de scorpion, de serpent ou d’autres animaux dangereux, même d’un cheval ou d’un âne s’il y a doute que cela est dangereux.

  • Un empoisonnement, par exemple après une ingurgitation de détergent, de naphtaline, d’un végétal vénéneux, d’une grande quantité de médicaments etc., même si on ne sait pas si la personne est empoisonnée à cause de cela.
  • Ingérer une aiguille ou tout autre objet contondant.

  • Perte de connaissance ou état de choc dû à une chute d’un objet lourd, à une grande douleur, suite à une nouvelle grave ou à une électrocution.
  • Arrêt soudain de la respiration ou de la vue.
  • Paralysie soudaine.
  • Un dommage cérébral ou une crise cardiaque, aussi minimes soient-ils.

  • Des douleurs dans la poitrine pouvant être dues à une crise cardiaque.

  • Une fièvre, même faible, mais inhabituelle d’après la nature de la personne.

  • On peut prendre une personne en voiture à l’hôpital si elle souffre d’une grave maladie contagieuse, et qu’elle risque de contaminer une autre personne en lui faisant risquer un danger de mort, même si elle-même ne l’est pas, et même si le fait de l’amener à l’hôpital n’indique pas de façon claire que cela évitera la contamination des personnes auprès desquelles elle se trouvait.

  • Une femme sur le point d’accoucher.

  • Après une avalanche ou une destruction d’un bâtiment et qu’il y a un doute si des personnes ont été recouvertes par l’avalanche ou la destruction du bâtiment.
    On a alors l’obligation d’essayer de déblayer la neige ou les gravats.
  • Un enfant qui s’est retrouvé enfermé derrière une porte, ou qui est tombé dans un trou, ou qui a été perdu et qu’il y a un risque que sa vie est en danger.
    De même s’il a été retrouvé, qu’il est en état de choc émotionnel et qu’on n’arrive pas à le calmer sans l’amener auprès de sa famille.

  • Un incendie ou une inondation.
    Une situation ou des câbles électriques sont parterre et qu’il y a un risque qu’une personne s’électrocute ou dans tout autre cas de malheur publique risquant de mettre la vie des gens en danger.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Agav

Réagir sur Que fait-on lorsque nos parents nous demandent à manger un

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Raphael, Mardi 11 février 2020

Chalom Rav, Quelle est la berakha sur du sushi ? Chéhakol ou mezonot ? Merci Rav....

Astrance, Dimanche 09 février 2020

Chalom Rav, Lorsque je finis de servir le contenu d'une casserole le Chabbat et qu'elle se retrouve vide, est ce que cette casserole devient mouktsé ? En vous remerciant par avance...

Ethan, Jeudi 06 février 2020

Bonjour Rav, Le Chabbat en hiver nous rentrons de la synagogue vers 18h00 : Devons-nous faire le Kiddouch dès qu’on rentre puis manger ou Pouvons-nous attendre 20h puis manger ou bien Faire kiddouch sur du mezonot puis prendre le repas vers 20h car vers 18 h nous avons pas très faim... Lorsqu’il n’y a pas d’endeuillés à la synagogue après une étude ou le Kaddich Yatom pendant la tefila, quelle personne est ...

Raphael, Jeudi 06 février 2020

Bonjour Rav, Mon père a acheté un poisson,nommé la dorée du lac et il y a avait les œufs de poisson qui venaient avec ,mon père m’a dit qu’il vient d’apprendre que ce n’est pas cachère. Est-il vrai que les œufs de poissons sont pas cachères ? Merci...

Liseron, Vendredi 31 janvier 2020

Chalom kvod haRav, J'ai beaucoup de mal avec les lois du trempage au mikvé... Pourriez vous me les expliquer les conditions du trempage et les matériaux qu on doit tremper ...? Merci à vous...

Avigaïl, Jeudi 23 janvier 2020

Chalom, Etant donné que le lait de nos jours est stérilisé, est ce que c'est considéré comme bouilli ? Merci...

Fabrice, Mercredi 22 janvier 2020

Chalom Rav, Lorsqu'on étudie seul, doit-on étudier à voix haute ou étudier et lire dans sa tête est suffisant ? Si quelqu'un ne sait pas se concentré en étudiant à voix haute, peux-il étudier dans sa tête afin d'avoir un meilleur résultat ? Je vous remercie pour votre réponse et vous souhaite tout le meilleur. Chalom...

Perce-neige, Jeudi 16 janvier 2020

Chalom Rav, Lorsque je retire une gousse d'ail de la tête d'ail, les autres gousses voisines de celles que j'ai retirée et qui restent attachées à la tête se retrouvent en partie découvertes. Est-ce que cela rentre dans l'interdit de laisser de l'ail ou de l'oignon découvert la nuit ? Si on fait cuire volontairement un oignon qui est resté découvert la nuit, la casserole dans laquelle on a cuit cet oignon doit être ...

Laura , Mardi 14 janvier 2020

Bonjour, Je voulais savoir si il était possible d’utiliser un mixeur plongeant 'halavi pour une sauce tomate neutre mais cuite dans une casserole bassari. Est-il possible qu’une femme fasse la havdala ? Cordialement Merci...

Buglose, Dimanche 12 janvier 2020

Chalom Rav En ce moment il se dégage chez moi une odeur d'égout qui remonte probablement par les canalisations. Je ne peux malheureusement pas faire partir l'odeur en permanence car à Paris il fait très froid et en plus bien que nous sommes en hiver il y a des moustiques qui rentrent. Est-ce que si je mets un masque pour ne plus sentir l'odeur je peux réciter mes berakhots, faire ma tefila et étudier etc. ? Est-ce que si à force d'être ...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Si je ne suis pas pour moi, qui le sera? Et si je suis pour moi, qui suis-je? Et si ce n'est maintenant, quand ce sera?" "

(Pirke Avoth (1-14))