Question de Avraham du Mardi 26 mai 2015

Questions sur un 'hazan qui joue les prolongations, sur les amenim et les 9 qui répondent...
,

Bonjour Rav Chaya,

Je vous serai très reconnaissant de répondre à ces quelques questions de halakha.
J'ai eu du mal à trouver la réponse de par moi même … :

1) Si le 'Hazan ne laisse pas assez de temps pour répondre Amen de façon correcte à la berakha qu'il prononce (par exemple si il commence la berakha suivante) doit on quand bien même répondre à cette berakha ou non ?

2) Que faire quand le 'Hazan prolonge la dernière syllabe du dernier mot d'une berakha (par exemple « Magen Avraham »), et que les gens répondent à ce moment précis ? On entend pas, ou alors très peu, cette dernière syllabe, car les autres fidèles ont répondu trop tôt.
Doit on malgré tout répondre ?
Par exemple au moment ou on pense qu'il l'a finalement prononcée ?

3) Pendant le Kaddich, doit-on attendre que celui qui le récite ait terminé la dernière syllabe des mots « Veimrou amen » pour répondre ?
Ou peut on répondre juste avant ?
De même que pour la question précédente, que faire si ces dernière syllabes sont inaudibles à cause de tous ceux qui répondent amen à ce moment ?

4) Il est dit que si 9 personnes ne répondent pas correctement aux berakhot de la 'hazara, le 'hazan est proche de réciter des berakhot en vain.
Qu'appelle t-on « répondre correctement » ?
N'est il pas préférable, dans ce cas, de faire une seul amida avec le 'hazan, avec les trois première berakhot à voix haute et le reste à voix basse ?

Je vous remercie grandement et vous souhaite un fructueux Chavouot.

Kol Touv !

,

Chalom Avraham,

Voici les réponses à tes questions :  

  1. On ne doit pas répondre à cette berakha, et si on a une doute si le chalia’h tsibour va commencer la berakha suivante sans nous laisser le temps de répondre amen comme il faut, on ne répond pas.
    Le début de ma réponse est écrit dans le Michna Beroura chapitre 124, alinéa 37 du Michna Beroura, et la fin de ma réponse est une question que j’ai posée au Rav Ben Tsion Aba Chaoul Zatsal il y a un peu moins d’une trentaine d’années.

  2. On répond amen à une berakha même si on ne l’a pas entendue à condition d’être certain de savoir de quelle berakha il s’agit.
    Donc dans ton cas où on n’a pas entendu bien la fin du mot Avraham que dit le ‘hazan, si on sait de quelle berakha il s’agit, quand on pense qu’il a finalement prononcé ce mot, on répondra amen (Halikhot Olam du Rav Ovadia Yossef Zatsal, tome 1, page 196).

  3. Si le ‘Hazan rallonge les mots « Véimrou amen» en musique, on peut répondre amen avant qu’il ait fini de dire ces mots (même si ses paroles sont inaudibles).

  4. Quand on a un doute si 9 personnes vont répondre correctement aux berakhot de la ‘hazara, on dira au ‘hazan de poser une condition avant la ‘hazara en disant :
    - Que si les personnes vont répondre comme il se doit à la ‘hazara, que cette prière soit considéré comme la ‘hazara ;
    - Sinon qu’elle soit considérée comme une prière d’offrande.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Réagir sur Questions sur un 'hazan qui joue les prolongations, sur les

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Lotier, Mercredi 17 juillet 2019

Bonjour Rav, Mon travail est physique et me fait beaucoup transpirer. De plus si je ne lave pas mes cheveux tous les jours ils deviennent très gras. C'est très difficile pour moi de ne pas me doucher la semaine avant Ticha béAv... Dans certaines conditions est-il possible De prendre une douche ? De se laver les cheveux et les aisselles en plus du visage/main/pied autorisé ? Merci...

Esparcette, Vendredi 12 juillet 2019

Chalom Rav, Pour le 9av repoussé, concernant une femme qui allaite, et qui est en début de grossesse, je crois savoir qu'il est bon d'être solidaire avec le klal, et jeûner jusqu'à 'hatsot. Si besoin, ne manger que ce qui est nécessaire. mais si elle voit quelque-chose qui fait envie (par exemple en servant des enfants en bas âges), peut-elle en prendre ou pas ? Merci....

Mauve, Mercredi 10 juillet 2019

Chalom Rav Ron Chaya, Peut-on durant Chabbat rajouter de l'eau chaude dans le crockpot de la dafina qui est toujours allumé ? Merci...

Kalmie, Mardi 09 juillet 2019

Chalom Rav, Le matin si je fais Chéakol sur de l'eau en pensant à acquitter toutes mes boissons, dois-je refaire chéakol si plus tard dans la matinée je bois un café dans lequel j'ai mi du sucre ? Merci...

Eliahou, Mardi 09 juillet 2019

Bonjour, D'après le DIN, est-il autorisé de prier à la synagogue en manches courtes au dessus du coude ? Merci...

Astrance, Dimanche 07 juillet 2019

Chalom rav, Il y a quelques temps, afin d’évoluer de jour en jour, je prenais sur moi quotidiennement de nouveaux engagements (parfois halakhique mais pas forcement), exemple: Lire la parachat Hayirha Ne pas dormir dans un beth Hamidrach (même dans les cas ou c'est permis me semble-t-il, exemple à la Yéchiva) M’amender d'une certaine somme a chaque mots selon la gravité (lachon hara, bitoul Torah) Et encore une centaine d'engagement de ce type ...

Michel, Vendredi 05 juillet 2019

Bonjour Rav Ron Chaya, Je voudrais s'avoir si on peut porter une tistsit katan directement sur la peau quand il fait chaud. Je vous remercie d'avance pour votre réponse....

Anthony, Vendredi 05 juillet 2019

Chalom Rav, Je crois ne pas avoir très bien compris dans quelle mesure est-il permis de mettre un plat liquide avant Chabbat sur la plata. Je m'explique : La plata étant considéré comme un plat recouvert, on peut mettre n'importe quel type d'aliment solide, liquide, cru, mi-cuit, froid, etc avant Chabbat (lois de Chehiya). Mais dans cette réponse, vous expliquez qu'il faut que le plat liquide soit déjà à ébullition (plus de ...

Orobanche, Jeudi 04 juillet 2019

Chalom Rav, Lors de Ticha béAv, peut-on étudier du Moussar ? Par exemple le Messilat Yecharim. Si oui peut-on aussi lire les biographies des Tsadikim (que je considère comme du Moussar, dans le sens où cela nous donne envie de faire téchouva dans divers domaines et de nous surpasser)? Merci...

Dan, Jeudi 04 juillet 2019

Bonjour Cher Rav, Je voudrais avoir un verre de kidouch en argent. J'ai la possibilité d'acheter une timbale en argent d'occasion que je cachériserais par Agala puis tremperais au mikvé. En sachant que pour la plus grande majorité des cas, les chrétiens les utilisent pour des baptêmes ou des communions, n'y a-t-il pas un interdit à les utiliser ? Merci de me communiquer les sources. Kol Touv....

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg
/files/img/Blog/que-nous-reserve-le-daech-les-jours-a-venir.jpg
/files/img/2016/GEOPO1.png

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Les sottises ressemblent par contre à un sac de jute, facile à tisser et dur à déchirer""

(Avoth de Rabbi Nathan 31)