Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

25

Jours restants

Question de Cassis royal de Naple du Mardi 30 mai 2017

Mes rêves se réalisent et j'ai rêvé de la date de ma propre mort... Que puis-je faire pour repousser cette échéance ?
,

Rav Ron Chaya bonjour,

Depuis mon plus jeune âge, je crois en D. Cela s’est imposé à moi, quand je n’avais que trois ans. 
Ma foi, est irréductible ; elle est venue à moi sans que dans ma famille il y ait quelque influence pour ou contre. 
J’ai eu une enfance très difficile ; ma mère m’a abandonnée, battue, maltraitée, vendue.

J’ai perdu mon père très jeune, et c’est à ce moment que j’ai vécu une de mes premières expériences « mystiques » physiques. 

Quand mon père est décédé, je me suis adressé à D. Du haut de mes six ans, la mort de mon père me semblait injuste mais pas injustifiée.

Aussi, j’ai dit à D. la chose suivante
« Vous avez pris mon père, je ne suis pas Vous, Vous devez avoir une bonne raison.
Mais moi je n’ai plus de père.
Et ma mère est méchante.
Alors, si Vous le voulez bien, ce sera Vous mon père.
Ce n’est que justice.
Vous m’avez pris mon père. ».

Aussi étrange que cela puisse paraître Rav, ce jour-là j’ai aussi demandé une preuve que « notre accord » était validé par D. Ne sachant pas comment être certaine que mon message avait été entendu et surtout accepté, cela me parut être une bonne idée.
Aussi, pour avoir « confirmation » que D. était d’accord avec ma proposition, je lui ai demandé de me donner la date de ma mort.
Et j’ai ainsi fait ce rêve.
Mais je n’ai pas fait que ce rêve-là. 

J’ai rêvé aussi de ma fille, 15 ans avant sa venue au monde. 
Aussi, quand elle est venue au monde la seule chose que j’ai trouvé à lui dire « mon bébé, je te reconnais ». 
J’ai rêvé de la mort de tant de gens que j’aime. Ils sont tous partis entre 24 à 72 heures après mon rêve. 
J’ai rêvé de ma petite fille, 20 ans avant sa naissance. Du père de ma fille et de son pseudonyme, 10 ans avant de le rencontrer. 
Je vous écris aujourd’hui car la date de ma mort est dans 4 ans… et ma fille a fait exactement le même rêve.

J’ai reçu ce don, et depuis, cela ne s’est jamais arrêté ; je me suis toujours sentie différente, en partie à cause de cela, et de ma grande sensibilité.

Avant d’être « Bat Mitsva », je ne faisais pas Chabbat ; ayant vécue en Israël, dès que j’ai été âgée de 12 ans, j’ai observé la halakha, et ce, des années.
Et il est vrai, j’ai arrêté une fois revenue en France a l’âge de 18 ans…
Je pratique la « Tsédaka » avec toute personne sur terre, je ne m’attarde pas sur sa judaïcité ou pas. 
Je donne ce que je peux à qui a besoin : un enfant pour moi, reste un enfant. 
J’aide tous ceux que je peux aider ; moralement, financièrement, humainement.
Depuis plus de dix ans, je vis comme une ascète. 
Ainsi, je n’ai aucun compagnon de vie depuis plus de dix ans. 

J’ai toujours eu comme sentiment, que j’étais là pour les autres. Mais je suis désolée de le dire, même si j’accepte tout de D., même si je m’efforce de m’améliorer, même si je ne conteste pas sa volonté ou décision… Je suis un être humain. Je suis extrêmement fatiguée de me battre quand je vois des gens si abominables à qui tout réussi… je comprends que la vie ici-bas n’est pas la seule. Mais je voudrais moi aussi, avoir simplement un peu de paix, de calme, et moins de souffrance dans cette vie-ci. 
Ceci dit, j’accepte de quitter ce monde au moment où il sera mon temps de partir ; de toute façon, on veut toujours vivre plus, une vie est courte par définition.

Ma vie était un long cauchemar sans fin, pourtant, je n’ai jamais perdu la foi.

Mon interrogation porte sur « les épreuves » ou les « Nissionot ».

Pour Abraham, être capable de sacrifier son fils n'est pas assez - il doit traduire cette possibilité en acte, mais D. intervient pour empêcher Abraham.

 

D. éprouve également Job, Job dit à ce sujet « Je hurle vers toi, et tu ne réponds pas. Je me tiens devant toi, et ton regard me transperce. ». Il a aussi des moments de colères envers D. « Que ne pardonnes-tu mon péché, Et que n'oublies-tu mon iniquité ? 
Car je vais me coucher dans la poussière ; Tu me chercheras, et je ne serai plus. ». 
Job ne faiblit toutefois pas dans sa foi, il resta droit. Et enfin, après de longues épreuves, au dernier chapitre de ce magnifique témoignage sur l’épreuve et la foi il est dit « L’Éternel rétablit Job dans son premier état, quand Job eut prié pour ses amis ; et l’Éternel lui accorda le double de tout ce qu'il avait possédé. »…
D'après ce que je sais des « Nissionot », D. éprouve jusqu’à un certain point ; la capacité de l’homme à endurer.

Je n’ai jamais pensé que cet acte d’épreuve était voué à mettre les hommes à terre. 

Je me suis toujours dit que l’épreuve était pour l’homme lui-même et non pour la satisfaction de D. D. connait chaque chose, aussi, comment imaginer qu’Il ne sache pas ce qui adviendra après telle ou telle autre épreuve ou demande. Aussi, c’est en connaissance de cause, que D. éprouve, en sachant. Enfin, c’est mon sentiment. 
Mais que penser de l’épreuve qui ne se termine jamais ? 
Que penser de l’épreuve qui commence dans le ventre d’une mère ?
De l’épreuve de toute une vie sans aucun moment de répit ? 

Étrangement, l’épreuve que je vis est compensée par un bonheur extraordinaire.
Je suis une femme heureuse. 
Je lève les yeux au ciel, je regarde un arbre, j’embrasse ma fille et petite-fille, et je suis submergée par un océan de bonheur. 
D. m’a offert un don dont je ne me sers pas, car je sais qu’il m’est interdit de le faire. 
Mais ce don, reste un cadeau. 

Donc, la question…épreuve de D ? 
Ou une sorte de malédiction ? 
Et dans les deux cas je ne comprends pas.

Épreuve divine : 
Pourquoi et à quelle fin ?

Tous les juifs du monde ne font pas Chabbat, tous les juifs du monde ne sont pas malheureux dans cette vie.

Malédiction : 
De qui, pourquoi et surtout, pourquoi D. laisserait-Il faire ?

Mais admettons, y-a-t-il une façon de mettre un terme à une malédiction ? 
N’étant pas familière avec ce concept, je ne sais pas quoi faire. 

En vous remerciant de la suite que vous donnerez à ce long mail. 
Je vous souhaite une belle journée. 
Chavoua tov cher Rav.
Cordialement, 

,

Chalom,
J’ai lu votre mail attentivement.

Votre question est la question des questions :

Pourquoi la souffrance ?

Sachez avant tout que même en ayant la réponse claire de la part de D.ieu Lui-même à cette question, cela n’impliquera pas que l’on souffrira moins.
La souffrance est une chose qui se ressent dans le corps et les émotions tandis que l’explication de la souffrance ne se perçoit que par la raison.
Or ce n’est pas parce que la raison a compris que le sentiment de souffrance est atténué.

En guise d’introduction, vous êtes croyante et si j’ai bien compris, vous acceptez le fait que tout provienne de D.ieu.
Dans cette mesure, il n’y a pas place à la révolte.

Nous comprenons que tout ce que D.ieu fait est le bien le plus parfait possible.
Dès lors, si nous sommes vraiment convaincus de cela, la question n’a pas de sens.

Néanmoins, étant donné que l’être humain est raisonnable et a besoin de réponses à ses questions, je vais tenter de vous donner les réponses que propose la Torah aux questions concernant la souffrance.

  • Tout d’abord, il est écrit que la souffrance est un grand mérite.

    Hachem nous a donné un libre-arbitre.
    Nous pouvons choisir le mal, c’est-à-dire nos tendances physiques, matérielles qui nous y poussent ; ou nous pouvons faire l’effort de choisir le bien.
    Le choix du bien nécessite toujours un effort ; or effort signifie souffrance.
    Un petit effort est une petite souffrance et un grand effort est une grande souffrance.

    Si une personne durant toute sa vie choisissait le bien, elle accèderait au Olam haba proportionnellement aux efforts qu’elle aura fournis.
    Autrement dit, la nature de son Olam haba dépend de ses efforts.
    Plus ces derniers sont nombreux, plus le Olam haba sera grand.

    Lorsqu’Hachem aime une personne, Il lui envoie des « Yssouré ahava », des « souffrances d’amour ».
    ieu voit qu’une personne ne peut faire plus d’efforts que ce qu’elle fait déjà et étant donné que la vie est limitée, la somme de mérites due à ces efforts est limitée ; D.ieu voulant augmenter le mérite de cette personne va la fait souffrir dans ce monde.
    Elle aura acquis grâce à cette souffrance beaucoup plus de mérites.

    Il est bien écrit qu’une mitsva faite avec souffrance vaut plus que 100 mitsvot faites sans souffrance.
    Même sans mitsva, la souffrance en elle-même est un grand mérite.

    Bien sûr, cela est difficile à vivre et la Guémara conclut que nous ne devons pas souhaiter ces souffrances ni leurs mérites au Olam haba.
    Mais si Hachem en a décidé autrement, Il sait ce qu’Il fait et le fait pour notre bien le meilleur.
    Il est évident que les souffrances que nous vivons dans ce monde, un monde fini, ont raisonnablement aucune valeur face à l’infini.
    Nous savons qu’en mathématiques, le fini face à l’infini à une valeur zéro. Même si nous souffrons maintenant, au regard du mérite éternel que cela nous octroie, cela n’a aucune valeur.

  • Une autre raison peut expliquer les souffrances :

    Les actes commis dans d’autres réincarnations.
    Si une personne a péché dans des réincarnations passées, il se peut qu’elle souffre beaucoup dans cette vie afin de réparer les péchés passés.
    Sa vie est une sorte de purgatoire qui lui permettra de revenir vers Hachem entièrement propre et de s’unir à Lui sans aucun écran.

Si j’ai bien compris, vous n’observez pas le Chabbat.
Je ne saurai trop vous encourager à le faire, car il est appelé la source de bénédiction.

Il se peut qu’Hachem veuille vous octroyer d’abondantes bénédictions mais Il ne peut pas le faire car le canal par lequel Il peut vous les déverser est bouché.

Vous faites le bien autour de vous, cela est extrêmement louable, mais, excusez-moi d’être cru avec vous, d’après la Torah, une personne qui transgresse chabbat en public en ayant la connaissance de la valeur du Chabbat à certains égards un statut de non-juif.
Quelque part donc, vous êtes comparable à une non-juive qui fait beaucoup de bien autour de soi.

Mais pourquoi ne pas recevoir le grand cadeau d’Hachem :

Pouvoir être une fille de D.ieu,
juive,
appartenant à un peuple éternel
qui a une proximité tout-à-fait spéciale
avec Hachem ?

Tout cela passe par le Chabbat.

Il est la source de branchement à Hachem.
Si sans faire Chabbat, vous avez déjà un contact si étroit et un amour si grand envers Hachem, imaginez à quel point vous pourriez être heureuse, même matériellement, s’Il ouvre toutes les vannes de tous les canaux pour vous.

D.ieu a dit à Moché : « va dire aux bné Israël que se trouve dans mes trésors un cadeau que Je veux leur donner appelé chabbat ».
Cela n’a été dit à propos d’aucune mitsva.

C’est véritablement un cadeau.

Ceux qui goûtent au Chabbat sont tristes lorsqu’il sort, et n’espère qu’une seule chose durant toute la semaine : qu’il revienne.
C’est un moment d’expérience spirituelle d’union avec Hachem.
C’est tellement bon, agréable, « un peu du Olam haba », comme disent ‘Hazal.

De plus, il serait tellement dommage d’être éloigné d’Hachem par un statut de goy et bien sûr, on est maudit, et rien ne va plus dans notre vie.

Je vous propose de faire le Chabbat quatre ou cinq fois de suite rigoureusement.
Au début, ce sera très difficile car on n’a pas l’habitude, on est branché uniquement matière et non pas Hachem.
Il faut attendre que « la tuyauterie se débouche » et vous vivrez un bonheur comme vous n’en avez jamais vécu.
Ne prenez pas en compte le Chabbat tel que celui que vous faisiez entre l’âge de 12 et 18 ans, vous n’aviez pas encore les outils spirituels suffisant pour vivre ce bonheur.

À propos de votre mort, il est écrit : « ein mazal léIsraël », « il n’y a pas de mazal (de destinée fixe) à Israël ».
Même si le jour de la mort est fixé, on peut tout changer par la téchouva car en faisant téchouva, on devient quelqu’un d’autre.
La décision qui concernait un certain X ne le concerne plus sachant qu’il n’est plus X mais  est grâce à sa téchouva est devenu Y.
D’autant plus en prenant en compte le Chabbat qui change notre statut en juif à 100 %.

À mon avis, il est clair que cette téchouva, associée à vos prières, vous garantira une longue vie.
Je pense même que grâce à vos dons, Hachem vous le signifiera.

Le Talmud raconte l’histoire d’un des rois les plus prestigieux de l’histoire juive : ‘Hizkiyahou. Il devait être le Machia’h, mais le prophète Yéchayahou vint le prévenir : « rédige ton testament car tu vas mourir (dans Olam hazé), tu ne vivras pas (dans Olam haba). » « Pourquoi ? » lui répond ‘Hizkiyahou. « Car tu n’as pas pratiqué la première loi figurant dans la Torah, perou ourevou, d’amener des enfants dans ce monde. » ‘Hizkiyahou rétorque : « je ne l’ai pas fait car j’ai vu par roua’h hakodèch que mes enfants seraient des grands impies qui pratiqueraient l’idolâtrie dans le peuple d’Israël. » Yéchayahou lui répondit : « tu ne dois pas prendre en considération les choses cachées, tu dois faire ce que D.ieu te demande. Maintenant, il est trop tard, rédige ton testament. » ‘Hizkiyahou ne se laissa pas abattre et dit : « j’ai une tradition de mon père me rappelant que même si une épée aiguisée est posée sur notre nuque, on ne doit pas renoncer à la miséricorde divine. Pars, je vais prier. »
‘Hizkiyahou Hamélekh se retourna vers le mur, et se mit à implorer à Hachem.
D.ieu appela immédiatement Yéchayahou et lui ordonna de remonter voir ‘Hizkiyahou afin de lui dire qu’Il lui rajoutait 15 ans de vie.

Donc il ne s’agit pas que d’un rêve comme vous avez fait, mais de bien bien plus :

Un prophète annonce à un roi d’Israël qu’il va mourir !
Or un prophète ne peut pas se tromper !
Il est l’envoyé de D.ieu Lui-même !
Et néanmoins, nous voyons que grâce à sa prière, le décret fut changé.

Donc je vous propose ce challenge :
Prenez sur vous de faire quelques chabbat de suite le plus minutieusement possible.
J’imagine qu’après ces 4 ou 5 Chabbat, vous continuerez ensuite.

Priez Hachem de tout votre cœur en Lui demandant de vous rallonger la vie et je suis certain qu’Il vous enverra un signe pour vous dire que votre prière a été reçue et que vous aurez une longue vie de bonheur et de bénédiction, spécialement grâce au chabbat.

Je vous recommande également de regarder les liens de cette réponse, ainsi que les liens suivants.
En attendant de bonnes nouvelles.

'Hag Saméa'h

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Réagir sur Mes rêves se réalisent et j'ai rêvé de la date de ma

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Jaspe, Lundi 07 janvier 2019

Bonjou, J'ai vu votre cours, mais il me semble que bien que vous ayez cité tout les chiffres qui montrent la réussite de l'état d’Israël au niveau financier, vous n'avez pas dit que en Israël 18.4% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté, ce qui fait d’Israël un des pays dont la pauvreté se fait ressentir particulièrement par rapport aux autres pays du monde occidental.... Et même si les autres chiffres ...

Piéride soufrée des steppes, Mardi 18 décembre 2018

Chalom, Est-ce que l'on pourrait penser que toutes les souffrances que le peuple juif peut endurer depuis la Shoah sera jusqu'à la venue du Machia'h tout en péridural ; c'est à dire que mise à part Gog ouMagog qui sera légère juste que Hachem nous fera peur (plus de peur que de mal) alors toutes les contraintes que l'on subit seront légères ? (Si vous voyez ce que je veux dire) Personnellement je vois qu'à chaque fois nos ennemis ...

Ypthima asterope, Mardi 27 novembre 2018

Bonjour Rav, N'ayant personne avec qui parler je le ferai avec vous car personne vraiment personne ne me comprend... Je suis né en France et mes parents sont nés en Afrique du Nord. Mon père a des origines israélite venant d'Espagne mais il est musulman pratiquant comme tout le reste de sa famille c'est comme si nos origines juive n'était pour eux qu'un souvenir. Une trace. Ma mère étant né juive de parent juive a eu un destin tout ...

Phyllodesma kermesifolia, Lundi 12 novembre 2018

Chalom Rav, J'ai écouté votre magnifique cours "Comment un Tsadik rentre en nous ?" Vous expliquez qu'un Tsadik peut revenir en guilgoul et avoir la chance de se mettre sur quelqu'un pour finir ce qu'il devait faire sans subir les tentations et les péchés. Mais pour nous qui ne sommes pas Tsadik, si nous revenons en guilgoul, nous allons pécher et peut-être empirer notre situation... Est-ce possible ? Comment comprendre Job 14v 10-14 qui semble ...

W blanc, Vendredi 19 octobre 2018

Chalom rav Ma question concerne la prière... pas celle des sidour, mais la prière personnelle. A-t-elle réellement une importance et peut être vraiment changé quelque chose ? D. est bon et tout ce qu'il fait est pour le bien, pourquoi prier pour qu'une situation change ou accéléré les choses. Merci...

Ethan, Dimanche 07 octobre 2018

'Hag sameah Rav Chaya Pouvez-vous me donnez votre avis objectif sur les EMI (expérience de l'au delà avec retour à la vie) que de plus en plus de juifs et non-juifs en font l’expérience, croyants et non-croyants ? Bon rétablissement....

Hipparchia fidia, Lundi 03 septembre 2018

Bonjour Rav, Pourriez-vous me dire s'il faut faire des vœux pendant le chofar ? Merci...

Yoni, Lundi 27 août 2018

Chalom, Pourquoi 26 est le nombre de D. ? Merci...

'Haïm, Jeudi 23 août 2018

Chalom Rav, Si le nefech ha-beemi est l’âme qui permet au corps de prendre vie et se trouve dans le sang, quelle est la position de la religion juive vis a vis du don du sang ? Merci d’avance Leitraot...

Moiré des luzules, Dimanche 29 juillet 2018

Bonsoir, Comment est-on sûr que notre D.ieu est Unique et Infini ? Il ne peut pas y avoir un autre créateur d'un autre univers totalement différent de le notre ? Merci...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Sache d'où tu viens, où tu vas, et à Qui tu auras à rendre compte de tes œuvres" "

(Pirke Avoth 3-4)