Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

21

Jours restants

Question de Michel du Jeudi 19 octobre 2006

J'ai plusieurs questions sur la réprimande, le port de la kippa, la cacherout, la souffrance du juste...
,

Cher Rav,

  1. Dans le cours sur la gaypride, vous citiez la guemara Chabbat ou on raconte l'histoire de gens qui aurait du réprimander les réchaim, même si c'est certain qu'il n'aurait pas écouter.
    Sinon, on a part à leur faute.
    Mais ailleurs, on nous dit qu'il vaut mieux que quelqu'un transgresse bechogueg que bemezid...
    Finalement, si je vois des gens qui fautent , je leur dit ou pas que c'est péché ?

  2. Je suis étudiant à l’hôpital, je soigne des gens, et c'est l’hôpital public ou on ne peut pas avoir une kippa.
    Je peux mettre une charlotte bleu de chirurgien; mais c'est un peu ridicule, et je pense que les professeurs me regarderont mal.
    Une fille musulmane mettait ça pour ses cheveux, mais elle a redoublé.
    Je ne sais pas si ça a joué...
    Que faire ?

  3. Est-il permis de manger un repas chez quelqu'un mangeant cacher mais qui n'est pas chomer Chabbat ?

  4. Est-il permis de porter le talith katan sur les vêtements à l'extérieur au toilette ?

  5. Pourquoi dans le triaté Nida, on dit que l'embryon jure de se considérer comme un racha même si tous lui disent qu'il est tsadik, alors que dans Avoth, on dit "ne sois pas à tes yeux comme un racha" ?
    C'est contradictoire ?

  6. A propos de la souffrance du tsadik, on dit qu'il paye pour nos fautes.
    Mais dans berakhot ,on dit que c'est quand le tsadik est fils de racha, c'est à dire qu'il était racha dans une vie antérieur.
    Finalement pourquoi ?

Merci beaucoup.
Si Internet n'avait été créé que pour votre site, c'eut été suffisant !

,

Cher Michel,

  1. Les lois de tokhékha, c'est-à-dire les façons de corriger un juif qui se conduit mal, sont décrites dans le chapitre 608 du Choulkhan Aroukh tome Or Hah'aïm.

    En voici le résumé :

    • Nous sommes exemptés de faire le mitsva de tokhékha à notre prochain si les deux conditions suivantes sont remplies :

      1. Si nous sommes certains qu'il ne va pas nous écouter
        (mais si on a un doute on devra le corriger).

      2. Si ce pourquoi nous voulons le corriger n'est pas mentionné clairement dans la Torah écrite.

        • Sans ces deux conditions réunies, il y a alors une mitsva de corriger la personne.

    • Tout cela n'est valable que si le personne transgresse béchogueg, mais si c'est bémezid, alors dans tous les cas il faudra la corriger.

      • Si le péché a été fait de façon privée, on corrigera en privé et avec douceur.

      • Si c'est fait en public, on pourra le corriger en public pour éviter le 'hilloul Hachem.

    • Combien de fois faut-il corriger ?

      • S'il y a un doute que la personne va changer après la correction,
        • on doit le faire jusqu'à ce qu'elle change.

      • Si on est certain qu'on ne sera pas écouté (soit la personne est mezid, soit elle est chogueg mais pour une chose clairement marquée dans la Torah),

        • S'il s'agit d'un public,
          on ne fera qu'une seule correction,

        • Si c'est une personne privée,
          on la corrigera jusqu'à ce qu'elle nous blâme.

  2. Pour la kippa à l'hôpital, la meilleure solution serait la perruque.

  3. Il est permis de manger chez quelqu'un qui mange cacher mais qui n'est pas chomer Chabbat.

  4. Le Ben Ich 'Haï interdit de porter le talith katan sur les vêtements dans les toilettes
    (même les fils de tsitsit devront être cachés).

  5. Le commentaire du Maharcha sur la Guémara dans Nidda que tu cites (page 30b) prouve, du fait que la Guémara apprend que le bébé jure dans le ventre à à partir d'un verset de Isaïe, où l'on mentionne la mort avant la naissance, qu'il s'agit ici d'une âme réincarnée, qu'on a fait jurer avant de renaître.

    Vu qu'il se peut que chaque être humain soit une âme réincarnée qui se comporte désormais comme un Tsaddik contrairement à sa vie précédente, on lui dit :

    Ne te prends pas pour un Tsaddik, peut être étais-tu un racha dans ta réincarnation passée.

    La Michna dans Avot parle du présent.
    Bien qu'ayant péché, personne ne doit se voir comme un racha et perdre espoir.
    On peut toujours faire techouva, D. aime tous les juifs, où qu'ils se trouvent dans leur niveau spirituel.
    Se considérer comme un racha ne peut que nous déprimer et nous rendre encore plus racha.

    Mais si nous savons que nous avons été racha dans une vie passée et que nous sommes désormais comme des Tsaddikim, il n'y a pas de source plus grande de bonheur car nous sommes en train de tout réparer.

  6. En ce qui concerne ta dernière question, il y a plusieurs raisons pour lesquelles un Tsaddik peut souffrir, et on ne peut jamais savoir laquelle est vraie dans un cas précis, on ne connaît que les cadres généraux :

    • Il paie pour les fautes du peuple d'Israël

    • C'est un Tsaddik fils de racha

      • Dans ce cas pourquoi paie-t-il pour les fautes de son père ?
        La Torah ne dit-elle pas « Un homme mourra pour sa faute » ?

        • 'Hazal déduisent :
          Pour sa faute et non celle de ses parents.

      • La mystique juive explique que lorsque nous parlons d'un Tsaddik fils de racha, c'est de la même personne qu'il s'agit, le fils est la réincarnation de sa vie précédente, que l'on appelle « son père ».

        • Celui-ci est le père dans la mesure où, par sa vie précédente, il a produit la vie présente, son fils.
          Il paie donc pour ses propres fautes, celles de sa vie passée.

    • Il s'agit de souffrances d'amour. 
      • Les souffrances donnent beaucoup de mérites et D. lui en envoie pour lui donner plus de mérites.

    • A voir aussi ...

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Réagir sur J'ai plusieurs questions sur la réprimande, le port de la

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Thècle des nerpruns, Vendredi 23 février 2018

Chalom Rav,  et merci pour tous vos enseignements dont je me délecte au quotidien. Une des explications sur l'interdit de mélanger le lait et la viande est que le blanc du lait fait référence à la générosité et la bonté d'Hachem, alors que le rouge de la viande fait référence à la rigueur d'Hachem, provoquant un "court-circuit" spirituel (et donc finalement physique). Mais alors, pourquoi certains ont la ...

Mélitée égéenne, Jeudi 22 février 2018

Bonjour, Comme il y a des jeûnes pour différents événements importants passés, pourquoi n'a-t-on pas instauré de jeûne en souvenir de la Shoah ? Merci...

Odile, Mercredi 21 février 2018

Cher Rav, Ce lundi 20 février 2018, au cours d'une émission de grande écoute, les journalistes ont parlé d'un reportage qui venait d'être fait sur la personnalité de Kim Jong-un. Celui-ci se vanterait de ne pas déféquer, et entre autres propagandes, il ferait également croire à son peuple que, dès qu'il traverse un champ de blé, le blé pousse. J'ai tout de suite fait le lien avec Pharaon qui se prenait ...

Pa-pillon-n-age, Mercredi 07 février 2018

Quand l’amour frappe à votre cœur , et que vous êtes mariés ... Je parle de quelque chose de fort , totalement incontrôlable et que l’on est sûr que cette autre est la femme de de sa vie ... Notre libre arbitre ne devrait-il pas nous pousser vers cette évidence ...? Et pourtant on faute ... Pourquoi est ce considérée comme une faute ... notre condition d’être humain et de bien être ne doit-il pas ...

Aharon , Dimanche 21 janvier 2018

Bonjour, Vous avez dit que les juifs pour lesquels il est marqué qu'ils n'auront pas le olam haba ils auront quand même un tout petit olam haba après un très long moment au guehinam... Mais ça veut dire que quelqu'un qui a été Racha toute sa vie et quelqu'un qui a fait les mitsvot mais qui à la fin de ça vie a transgressé Chabbat (et donc pas de olam haba) auront le même salaire à la fin ? Est-ce que le plus ...

Colias hyale, Lundi 08 janvier 2018

Bonsoir Rav, J'aimerais que vous m'éclairiez sur une chose. Hachem dans Sa réalité intrinsèque n'a pas de sentiments, alors comment peut-on dire qu'Il nous aime ? Comment peut-on Lui attribuer un sentiment ? J'ai pensé que quand on dit qu'Il nous aime, c'est une voie de conduite d'amour, comme celle de la colère etc. Mais alors dans ce cas le véritable Lui ne nous aime pas ? S'Il n'a pas de sentiment, Il est neutre, l'amour qu'on a pour Lui ne...

Chazara prieuri, Mercredi 03 janvier 2018

Shalom Rav, S'il vous plaît, est-ce que lorsque c'est une maison neuve qui viens d'être construite, des âmes peuvent aussi s'y installer avant qu'on y mette les mezouzot ? Et s'il vous plaît si on quitte une maison où il y avait des mauvais esprits est ce que les mauvais esprits nous suivent dans la nouvelle maison ou est ce qu'il y à impact pour la suite de la vie même si on quitte cette maison ? Et dernière question s'il vous plaît ...

Maguen David, Mardi 02 janvier 2018

Chalom, Rav, je me pose toujours la question : Qu’est ce qui est le mieux, c’est à dire qui fait le plus de bien, un grand Médecin qui sauve des vies tous les jours ou bien un avrekh qui étudie la Torah dans son coin ? Je pense que votre réponse va être l’avrekh mais j’ai du mal à le comprendre... et à le croire !? Merci...

Edgeworthia papyrifera, Dimanche 31 décembre 2017

Bonjour Rav. Je suis athée ou du moins agnostique et j'aimerais vous donner ma vision des religieux que je côtoie. J'ai l'impression que la plupart des gens utilisent la religion comme une clé au bonheur. Lorsque quelqu'un a des malheurs dans sa vie, il arrive souvent qu'elle se tourne vers la religion (et vous justifiez cela en disant que le peuple d’Israël est tel l'olive qui sort le meilleur d'elle même quand on la presse) car la religion donne de ...

Naphtali, Mardi 26 décembre 2017

Shalom, Il est dit que l'une des raisons pour laquelle certains ashkenazim ne mettent pas le Talith Gadol avant le mariage est parce qu'il n'est pas apte à accomplir les 613 mitsvot car ne peut pas avoir d'enfants. Voici mes 2 questions : Quand on porte le talith Katan, les tsitsiot sont présent (et ainsi donc l'allusion aux 613 mitsvot), donc cette explication ne tient pas vraiment. Pouvez vous éclaircir le sujet ? De manière générale, il est ...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

"Que ta maison soit largement ouverte et que les pauvres y soient considérés comme des membres de ta famille."

(Pirkei Avoth)