Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

63

Jours restants

Question de Johanna du Vendredi 02 mars 2012

Ce fut une libération de découvrir le monde extérieur aux écoles juives. Pourquoi notre prochain ne pourrait-il pas être non-juif ?
,

Bonsoir,

Les bases de la religion juive sont connues stable et c'est pour cela que ça fait plus de 5 mille ans qu'on est là.
Néanmoins voila il y en a 1 qui me dérange et pas des moindres :

C'est le communautarisme.

Je suis une jeune de 22 ans, je vais à la fac et je croise des jeunes juifs néanmoins on ne partage pas la même mentalité.
J'ai été toute ma scolarité de primaire en école juive, ça a été une LIBÉRATION de découvrir d'autres horizons.

Aujourd'hui je fais de ça une priorité, m'ouvrir aux autres, faire découvrir ma culture d'une autre façon et essayer d'effacer certains stéréotype qu'on pus faire produire chez des gens extérieur à notre des jeunes gens juifs.
J'ai eu une discussion avec mon cousin qui étudie la Thora.
Il m'expliquait que dans l'absolu il ne faudrait pas qu'on est de contact avec d'autres personnes que les juifs.

Quelle angoisse pour moi!

Néanmoins aujourd'hui en France cela me semble impossible.

Exemple :
Prendre le métro, acheter le journal, regarder la télévision, écouter la radio, aller au cinéma, au musée.

De plus cela ne ferait que suscité l'incompréhension chez les non juifs et cela amène nous ne le savons bien malheureusement, qu'à la haine.

Refuser de s'ouvrir est en fait un permit d'haïr.

Pourquoi ne serait-ce que refuser de découvrir une autre civilisation.
On n'a jamais vu de rabbin aller en Thaïlande lol en chine ou en inde.
C'est vraiment dérisoire et inimaginable, mais ce serait un bon début vers la paix totale ?

Pourquoi notre prochain ne pourrait il pas être non juif ?
Cordialement

,

Chalom Johanna,

Il y a ouverture et ouverture.

Si les non-juifs nous posent des questions sur notre Torah et sur nos coutumes, il est clair qu'il est mieux de leur répondre et de bien le faire.
S'ouvrir sur leur culture, un minimum oui, car nous vivons dans ce monde.

Mais il y a un grand « MAIS » :
lorsqu'on s'ouvre, on commence lentement à penser comme eux, et peu à peu on commence à penser différemment de ce que pense la Torah.

Tu parles par exemple de télévision, de journaux etc. ; il est clair qu'une femme, et à plus forte raison un homme (mais parlons de toi car tu es une femme) qui lit les journaux et regarde des pubs finit par vouloir ressembler aux stéréotypes que propose la civilisation occidentale : la femme principalement pour la beauté de son corps, le manque de pudeur, la recherche des plaisirs de ce monde, on ne parle presque pas de vérité, encore moins de relation avec la divinité, encore moins du but d'Israël dans ce monde.

Pourtant, ces dernières choses sont l'essentiel du pourquoi de ce monde et l'essentiel du pourquoi de notre venue dans ce monde.
Ton argumentation est celle qu'avaient les juifs qui étaient à l'origine du mouvement d'émancipation qui a commencé il y a environ 160 ou 170 ans en Europe.
Le résultat fut plus que désastreux, presque 10 millions de juifs, sans aucune exagération, se sont assimilés, des juifs qui pratiquaient toute la Torah ont tout quitté en quelques années et souvent même en quelques mois.
Les rabbins ont averti exactement du contraire de ce que tu dis, ils ont dit que d'après la Torah, si nous gardons notre identité juive de façon très claire et très prononcée, les non-juifs ne peuvent pas nous faire du mal.
Il m'est dur de dire qu'ils ne nous haïront plus, car il y aura toujours des non-juifs qui nous haïront, mais il y aura certainement beaucoup moins de haine, et même si la haine sera présente, il y aura une impossibilité totale de nous faire du mal.
D'après la Torah, la cause qui permet aux non-juifs de nous faire du mal est notre non-observance de la Torah, comme on le dit deux fois par jour dans le keriyat chéma :
« c'est notre profession de foi », et la Torah répète ce thème à maintes reprises. Il nous est impossible de savoir pourquoi la Shoa a eu lieu car des centaines de raisons (peut-être plus) en sont à l'origine. Mais il est clair que parmi toutes ces raisons, il y a eu aussi l'assimilation du peuple due à cette ouverture que tu prônes.

Il est donc évident que cette ouverture est loin d'amener la paix, au contraire elle amène la guerre et met le peuple d'Israël en grand péril.

Je ne dis pas non plus que nous devons vivre en autarcie totale et ne pas être au courant de ce qui se passe dans le monde, mais il faut un juste milieu.

Où se trouve-t-il ? Il est très simple à définir :
Aucune concession au niveau des lois de la Torah, tout le reste est permis.

Comprends que les plus grands ennemis du peuple d'Israël ne sont pas nos persécuteurs mais l'assimilation.

D'après les historiens, il y a 2000 ans nous représentions 8% de la population mondiale, c'est-à-dire qu'aujourd'hui, vu qu'il y a à présent 7 milliards d'habitants sur terre, nous aurions dû être 560 millions de juifs ! Or, nous ne sommes que 13 millions…

Où sont passés les 547 millions manquants ?
6 millions sont morts durant la Shoa, je te concède encore 100 millions manquants dus à ceux qui ont été massacrés et tous les enfants qu'ils auraient pu avoir et qu'ils n'ont pas eu, mais il manque encore 447 millions !

Réponse :
L'assimilation…

Comment cette assimilation a-t-elle commencée ?
Tout simplement par une simple ouverture…

A ce titre, je te recommande de visionner le cours : « Mariage mixte : Comment éviter ? ».

L'ouverture que nous prônons est la suivante :
Aller expliquer qui nous sommes.
Aujourd'hui, dans le peuple d'Israël, la tranche de population qui agit de la façon la plus puissante pour l'explication de la Torah chez les novices, juifs ou pas, reste le monde non « orthodoxe » mais ultra-orthodoxe.
Ce sont précisément eux qui agissent de la façon la plus puissante dans ce sens.

Donc je conclurai en disant que la bonne solution est d'être un ultra-orthodoxe ouvert.

Je serai heureux d'entendre tes remarques.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Agav

Réagir sur Ce fut une libération de découvrir le monde extérieur aux

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Aucun résultat trouvé.
Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Le seul bonheur qui existe est celui que l'on porte en soi...Une vie intérieure riche, elle seule, rend l'homme heureux" "

(Rav Dessler)