Question de Cyprès - sempervirens du Mardi 26 janvier 2010

Pourquoi suis-je bloqué par tout le monde avec autant de hargne ? Est-ce possible que certaines personnes soient condamnés à ne jamais avoir accès à l'évolution spirituelle ?
,

Chalom Rav,

Je voudrais vous parler d'un problème.

Voilà, J'ai dix neuf ans.
Je voudrais me convertir, et je suis le chemin de l'évolution, de l'étude de Torah, de la prière, de l'amour, de la Vérité, de la pratique de certains commandements et cela me tient à cœur plus que tout au monde.
Les plaisirs de ce monde auxquels j'étais tellement attaché par ma jeunesse débauchée (les filles, le sexe, la frime, la violence...) , je m'en suis détaché et je n'en donne même plus deux francs.
Les justes souffrances qui sont les conséquences de mes actes passés, je les ai supporté avec foi sans me révolter, car c'est normal que la justice soit appliquée envers les rechaims comme moi.

J'ai été séquestré, battu, j'ai connu des mois d'isolement total, j'ai connu la rue et j'ai passé des mois à dormir dehors et à avoir faim, mais tout ça ne m'atteint pas car je le vis comme une brebis qui doit être sacrifiée à D. ; je l'ai subis dans l'acceptation et la force intérieure, et j'ai remercié D. de s'occuper de moi maintenant et non pas dans le monde à venir.
Je combat mon yetser ara sexuel qui était ultra puissant, et même si je ne le contrôle pas à 100%, je le domine beaucoup, je serre les dents et je frappe du poing sur la table, et je retiens toutes mes pulsions avec le plus d'autorité possible selon mon niveau.

Mais il reste une épreuve que je ne réussis pas à surmonter, je ne la comprends pas...

C'est que le chemin vers le Bien me semble totalement fermé.

C'est parfois comme si le ciel voulait pas de moi et qu'il me barrait la route.

Je m'explique :
Je cherche toujours à prier, à méditer la Torah, à étudier les tsadikim...
Mais dès que je m'engage dans n'importe laquelle des activités spirituelles que D.ieu aime, quelque chose vient m'empêcher.

Par exemple, quelqu'un se met à crier ou à dire des choses très grossières ou très ridicules, ou à rire de toutes ses forces pendant super longtemps afin que je ne puisse pas continuer...

Ou bien, quelqu'un décide de regarder la télé et (je ne sais pas pourquoi) met le volume à fond, et je ne peux pas me concentrer le moins du monde.

Alors la solution :
Je faisais tout la nuit quand ma famille dormait.
Mais même là, si j'osais réciter une berakha avant de boire un verre d'eau, ma mère se réveillait en sursaut pour crier quelque chose a 4h du matin à travers la maison en plein milieu de ma berakha, et je ne peux RIEN faire.
Rien, strictement rien.

Alors je me cache en pleine nuit dans le garage pour prier et pour étudier, mais même là on vient me trouver pour que je m'arrête, sans même savoir que j'y suis, c'est une véritable succession de prodiges qui arrive contre moi.

Ma conversion se passe de la même façon, j'ai écris plusieurs lettres au rabbin le plus proche de ma ville depuis des mois et des mois, j'ai téléphoné, on dirait qu'il ne les reçoit pas ou qu'il refuse que je le contacte, je ne comprends pas.
Je m'apprête à passer le voir mais il est a plusieurs heures de train je vais devoir faire le trajet en stop je n'ai pas d'argent.

J'ai peur de trouver porte close.

Ma question est la suivante :

Pourquoi le ciel m'est-il fermé comme ça ?
Si D.ieu veut me briser dans ce monde ci, afin que je paye mes fautes et que j'apprenne à accéder au olam aba, alors je comprends.
Mais pourquoi est-ce l'autre monde qui m'est fermé ?

Alors que je ne donne pas un centime de celui-ci, et que mon cœur aspire entièrement vers D.ieu.
Que D.ieu me frappe sur tous les aspects de ce monde, je le comprendrais, mais pourquoi sur le olam aba, qui est si précieux ?
Pourquoi je suis bloqué comme ça par tout le monde avec autant de hargne ?

Je me suis dis :
Peut être D.ieu ne m'aime pas et veut me fermer les portes de l'autre monde afin que je n'y accède pas, et me donner tout mon mérite en ce monde.
Mais je fais tout mon possible pour faire le bien, je ne sais pas quoi faire de plus.

Est-ce possible que certaines personnes soient condamnés à ne jamais avoir accès à l'évolution spirituelle ?
Sinon, alors pourquoi ?
Et, que dois-je faire ?

Est-il possible que certains péchés que j'ai fais dans le passé soient suffisamment graves pour que le ciel décide de me fermer totalement ses portes pendant tellement de temps malgré mes efforts ? (plus de deux ans)
Et si c'est le cas, quelle catégorie de péché peut conduire à une sentence comme ça, et que faire pour y remédier, moi, qui ne suis pas juif ?

Merci d'avance pour votre réponse, sincèrement.
Et bravo pour vos cours, continuez, que D.ieu vous bénisse, vous et tout le peuple juif.

,

Bonjour,

Sache qu'il est impossible d'accéder à une chose qui à une véritable valeur sans souffrance.

Le Talmud, traité Berakhot page 5a, dit que trois choses s'acquièrent avec souffrance :

  • La terre d'Israël,

  • La Torah 
    et
  • Le olam haba

Cette chose est tout à fait logique car D. veut nous donner du mérite qui est proportionnel à l'effort fourni.
Vu que D. t'aime beaucoup et voit que tu as un sentiment pur de vouloir se rapprocher de Lui, Il ferme les portes pour que tu fasses encore plus d'efforts dans un seul but : te donner beaucoup d'olam haba.
Donc persiste et il est clair qu'à la fin, tu réussiras.

Le fait que, de façon quasi magique, chaque fois que tu veux faire une mitsva, il y a un empêchement, cela même prouve que tu avances.
En effet, j'appelle cela le phénomène Archimède.

Archimède pose la question :

  • « Comment un bateau flotte » ?

    • Il répond que la coque du bateau exerce une pression sur l'eau et que l'eau exerce une pression proportionnelle dans le sens inverse sur la coque et ainsi le bateau flotte.

Lorsque nous faisons pression sur un côté, il y a toujours une pression inverse et proportionnelle.
C'est la même chose avec le yetser hara.

  • Quand on veut faire une grande mitsva, il se déchaîne contre nous.

  • Mais quand on fait une mitsva et qu'il n'y a aucune réaction du yetser hara,
    • cela signifie que nous pédalons dans le vide et que la mitsva que nous voulons faire n'as pas de valeur.

Tu peux être certain que tu pédales dans une grande montée car tu vois bien que tu gênes le yetser hara puisqu'il réagit de la façon la plus rude qui puisse y avoir.

Cela doit être pour toi un très grand encouragement.

Que D. t'aide.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Agav ...

Réagir sur Pourquoi suis-je bloqué par tout le monde avec autant de

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Gedalya, Jeudi 01 août 2019

Bonjour Rav, Voici la réponse de mon cousin : Pour en revenir au mail, tu m'as mis dans un débat sans que je le veuille :) La vérité je t'aurais bien dit que ça ne sert à rien de répondre vu qu'en général ça mène à un débat stérile, mais vu qu'au fond je ne connais pas bien le Rav Chaya je préfère juger Lekaf Zeh'out, peut être que le débat en vaudra la peine. En tout cas...

Dahlia, Dimanche 28 juillet 2019

Bonjour, J’ai aménagé dans un appartement (il n’y a pas encore les mezouzot) depuis 10 jours, et j’entends des bruits étranges comme si y avait quelqu'un dans la maison des bruits de pas, des portes qui claquent plusieurs fois la nuit alors que tout est fermé (fenêtre et volets). Lorsque nous sommes partis vérifier, toutes les portes étaient ouvertes, il y avait des objets qui changent de place, forte impression d’une ...

Buglose, Dimanche 28 juillet 2019

Chalon rav, Il y a quelques semaines j'ai du prier un Chabbat dans une petite synagogue où seulement 10 juifs étaient présents. Sur ces dix juifs, 4 transgressaient Chabbat publiquement (consultation du téléphone, etc). Dans le doute, je n'ai pas répondu au Barekhou, ni au qaddish, ni à la qedoucha. Ai je bien fait, ou faut il considérer en premier lieu l'Amour pour Israël ? Le vin n'était pas mevoushal, suis je tout de...

Œillet, Jeudi 25 juillet 2019

Chabbat Chalom Rav, Un site vend des Talith Gadol originaux (tout en couleur, avec des motifs etc) ; est-ce cachère ou pas ? Car il y a eu de débats à ce sujet : Certains disent oui car ça rentre dans la catégorie de "Je veux embellir mon Elokim", donc embellir les mitsvot, et d'autres disent non car ça "tranche" trop avec le Talith blanc à bande traditionnel. J'aurais tendance à plus être d'accord avec la première ...

Perce-neige, Mardi 23 juillet 2019

Bonjour Rav Chaya, Dans un cours vidéo vous parlez de la ségoula pour l'arrête de poisson ou un os de poulet ; je viens de voir dans la Guemara Chabbat 67a il est précisé 2 phrases distincts : Une pour l'os : 'had 'had .. Une pour l'arrêté de poisson : nineatsta... Les questions : Dans la Guemara, le mot etsem-os comprend à la fois os et arrête de poisson ? Où simplement que os et il s'avère...

Anteneh, Dimanche 21 juillet 2019

Bonjour Rav, Comment allez-vous ? J'ai 2 Questions à vous poser : Est-ce que vous acceptez le nouveau testament de la bible en tant que Rabin ? Si non pourquoi ? Est ce que vous croyez en Yeshoua ou Jésus de Nazareth ישוע ? Si non pourquoi ? Merci, et qu'Hachem vous bénisse !...

David, Jeudi 18 juillet 2019

Bonjour, Est-ce que le monde 'Harédi considère le fait que des juifs s’installent délibérément dans le Shomron comme une mise en danger du reste du peuple de la même façon que le fait de visiter le mont du peuple ? Merci...

Antoine, Jeudi 18 juillet 2019

Bonjour, Ayant reçu une formation juridique, j'apprécie tout ce qui est précis, sourcé. Je voudrais évoquer avec vous la question des mariages mixtes : Que dit la Torah ? (Dévarim 7, 3) : Ne t'allie avec aucun d'eux : ta fille, ne la donne pas à son fils, et sa fille, n'en fais pas l'épouse du tien !" Il s'agissait en fait de l'interdiction de faire alliance avec les 7 peuples de Canaan qui ont tous disparu. Ce sont des rabbins qui ...

Renouée, Dimanche 14 juillet 2019

Bonjour Rav Concernant le devoir de réprimander , est ce que le issour de onaat devarim est suffisamment connu pour en faire une Tokhé'ha ? Merci beaucoup pour votre aide...

Liseron, Mercredi 10 juillet 2019

Bonjour Rav, Tout d'abord je vous remercie pour tout ce que vous faites pour nous. C'est une aide précieuse pour tout un chacun. Je vous demande de me répondre car en ce moment je ne sens pas très bien. Je vous explique : En fait, que ce soit pour le choix d'un travail ou autre, Si c'est un succès, je remercie Hachem ; En revanche, si c'est un échec (comme ce fut le cas récemment) hé bien, je me remets en cause, je regrette d'avoir fait...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg
/files/img/Blog/que-nous-reserve-le-daech-les-jours-a-venir.jpg
/files/img/2016/GEOPO1.png

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Un être ne peut être complet que s'il a conscience d'avoir un manque" "

(Maharal de Prague)