Dédier de l'étude de Torah avec MyLeava et Le Rav Ron Chaya / campagne d'urgence

Dédier de l’étude de Torah, est l'un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Chers internautes et amis

Tout au long de l’année, chacun d’entre-nous a plusieurs occasions pour tourner son coeur vers Hachem afin de lui faire une demande particulière.
L'anniversaire du décès d'un très proche, la recherche de son futur Mazal, la réussite d’un enfant, la guérison, l’alya en Israël  ou bien  la parnassa, autant de causes qui nous tiennent à coeur et dont l'on comprend bien que la réussite est avant tout dans les mains d’Hachem.

Des fois, pour être reçue, la prière doit être accompagnée d’un mérite.
Dédier de l’étude de Torah, est un des plus grands mérites que vous pouvez acquérir et qui profitera forcément à votre prière.

Comme vous le savez surement, la raison d'être de Leava est de diffuser l'étude de Torah pour les francophones à travers le site myleava.fr et les réseaux sociaux :

  • Plus de 80 nouveaux cours édités chaque mois
  • Plus de 1000 questions personnelles répondues par note vocale chaque mois
  • Plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur tous nos supports (3 Sites internet - FB Twitter Youtube Whatsapp Instagram Newsletter)
  • Une chaîne Youtube avec déjà près de 3 millions de vues depuis janvier 2020
  • Une web-radio 24/24
  • Un service d'étude de Torah en Havrouta visio-conférence individuelle - 200 inscrits
  • Un site de prières partagées "prie pour moi"
  • L'installation de filtres pour appareils numériques
  • et depuis quelques mois un troisième site internet Leava pour vos yeux

 

L'ADN de Leava est "la gratuité de ces services" pour éliminer résolument un des moyens préférés du Yetser Hara pour refroidir un juif dans sa relation avec Hachem.

Le cadre de Leava, c'est une yéchiva au cœur de Jérusalem, qui accueille, chaque année, plusieurs dizaines d'étudiants francophones mais aussi des étudiants mariés (Avrekh) qui se consacrent pleinement à l'étude de la Torah.

De nombreux Rabbanim les encadrent sous la direction du Rav Ron Chaya.

Pourquoi cette campagne ?

Aujourd'hui, Je dois à nouveau vous solliciter pour prendre une part active à nos actions.
Les besoins sont tellement plus importants alors que l'on vit une crise jamais vue à ce jour. 
Et quoi de mieux que de vous proposer un projet gagnant-gagnant pour subventionner l'étude de Torah.
Vous gravez votre dédicace pour l’éternité et vous permettez à d'autres, qui n'ont peut-être pas encore pu le faire , de commencer ou de renforcer leur étude de Torah et de se rapprocher d’Hachem.
Certains reçoivent, parce que d’autres qui étaient receveurs, deviennent à leur tour des donneurs.
C'est le cycle de la vie qui mène notre monde vers la délivrance finale.

A quoi servira l'argent collecté ?

Tout simplement à continuer et augmenter nos actions de rapprochement dans le monde entier.
Plus de dépenses techniques, dépenses marketing et dépenses d'enseignement pour permettre de créer et diffuser plus de cours, répondre à plus de questions, offrir plus de cours particuliers ... diffuser la Torah francophone aux quatre coins du monde.

Vous pouvez devenir nos associés dans ce grand projet à travers plusieurs formules.
Les sommes récoltées seront consacrées à la diffusion de l'étude de Torah, en votre nom et pour votre mérite éternel.
Bien sûr, si vous êtes en France, vous pouvez recevoir un reçu Cerfa qui vous permettra de déduire jusqu'à 66% de votre don. Si vous êtes en Israël, vous pouvez recevoir un reçu fiscal de type 46.

Le mot du Rav

Aidez-nous, aidez Leava, aidez nos frères et sœurs qui n'ont pas eu encore la chance de se rapprocher d’Hachem.
Sans votre soutien, je ne peux rien faire. Vous êtes l'élément clé du succès de notre action.
Le temps presse et nous devons consacrer toutes nos forces et tous nos moyens à la diffusion du nom d’Hachem dans le monde.
Je bénis que vous puissiez multiplier à l’infini ces mitsvot et vos mérites, dans une vie de bonheur, de santé, et de Torah, qu’Hachem vous bénisse, vous et vos proches, avec toutes Ses berakhot dans toutes vos entreprises, qu’Il réalise tous vos souhaits pour le bien, qu'Il permette à ceux qui sont encore à l'étranger de faire leur Alya et qu’Il vous octroie Sa grande proximité, en espérant l’avènement du Machia’h biméra béyaménou, Amen !

Rav Ron Chaya

Rav Ron Chaya
 
 

17

Jours restants

Question de Orchidée du Lundi 02 septembre 2019

L'énigme de la Pkeïla...
,

Chavoua Tov Rav,
Dans la communauté de Marseille, il y a en ce moment une question qui n’arrive pas à être résolue et qui anime les repas de Chabbat !
Nous nous tournons respectueusement vers vous pour solliciter votre aide à la résolution de cette énigme culinaire qui satisfasse à la fois les mystiques et les rationnels.

L’énigme commence comme cela :

  • La Pkeila, plat du Chabbat fait d’épinard et haricots blancs, cher au tunisien semble trouver son origine dans nos textes et sa description nous plonge dans une réelle perplexité historique :

    1. Dans le traité Pessa’him קיד 114b, il est rapporté que Rava avait pour coutume de manger deux plats cuisinés distincts le soir de Pessa’h.
      • Un plat à base de riz (arouza dans le langage de la Guemara)
      • et un plat à base d’épinards (Silka dans le langage de la Guemara).

    2. Bonne pour le coeur, les yeux et les intestins

      • Dans le traité Brakhotes לט 39a, Rav ‘Hisda enseigne que le plat cuisiné à base d’épinards est bon pour le cœur et les yeux et à fortiori pour les intestins.

      • Abayé ajoute qu’on les faisait bien cuire et qu’on coupait les épinards en petits morceaux.

      • Rachi sur place explique « véavid to’kh, to’kh » qu’on faisait frire et fondre les épinards !

    3. Bon d’en avoir sur sa table à Roch haChana.

      • Dans le Talmud Yeroushalmi, traité Kilaïm (1,27 première colonne loi 1), il est dit au nom de Rabbi Yona qu’il est bon de consommer des haricots blancs pour le cœur et les intestins.

        • On notera que l’on prête donc aux haricots blancs les mêmes vertus qu’aux épinards dans le traité Brakhot, raison pour laquelle le Rimbats (Rabbi Itshak ben Malkitsedek de Simpante au sud de l’Italie et contemporain de Rabbénou Tam), le Tossfote Yom Tov sur le traité Kilaïm ou Rabbénou Pra’hyé dans Chitate HaKadmonim sur le traité Chabbat צ 90b rapportent qu’il était de coutume de cuisiner les plats d’épinards avec ces mêmes haricots.

        • Et ceci car dans le traité Horayote 12a il est rapporté par Abayé qu’il sera bon d’avoir pour signe sur sa table le soir de Rosh haShana de consommer entre autre silka (épinards) et roubia (haricots) etc…

          • C’est la raison pour laquelle chez les juifs d’origines tunisiennes, djerbiennes et tripolitaines, le soir de Rosh haChana plus que les autres soirs, on consommera le plat appelé tavshil shel téradine ou silka dans le Talmud appelé plus communément pkeila.

    4. Un des signes du délice de Chabbat

      • Dans le traité Chabbat 118b קיח il est rapporté au nom de Rav qu’un des signes du oneg Chabbat (délice de Shabbat) est le plat cuisiné à base d’épinards, Rachi rapporte sur place qu’il s’agit du plat principal dans son commentaire de tavshil téradine : hashouv hou !

    5. Bonne santé des juifs en Babylonie

      1. Dans le traité Ketoubote, au nom de Rabbi Hanina, il est rapporté que la consommation d’épinards (les plats d’épinards consommés le Shabbat et jours de fêtes) fût une des raisons de la bonne santé des juifs en Babylonie.

  • LE SEUL PROBLÈME dans toutes ces explications dont les sources sont incontestables et qui sont antérieures à l’ère chrétienne, c’est que les haricots n’ont été découverts qu’en 1492 de l’ère chrétienne par Christophe Colomb et qu’ils ont été diffusés en Europe et en Orient par l’église catholique qu’à partir du milieu du 16ème siècle!

    • Face à ce fait historique, il y a nos textes qui sont un pilier de notre existence et dont nous n’avons aucune raison de douter.

    • La contradiction est donc patente sauf à trouver une explication qui réconcilie les rationnels et les mystiques !

      • Le mot rouvia doit-il se traduire par haricot ou s’agit-il d’une autre légumineuse qui existait à l’époque de nos Sages ?

      • S’il s’agit de haricot comme explique-t-on de la contradiction historique ???

Vous comprendrez donc que l’énigme dépasse largement le sujet culinaire et pose la question plus importante de la mise en concordance historique de nos textes.
L’intérêt est non seulement pour nous mais aussi par tous les déviants juifs et non-juifs qui tentent avec des arguties dérisoires de nier notre histoire fondatrice.

En espérant que cette question retienne votre attention et nous aide à résoudre ce dilemme historique !

Chavoua Tov

,

Chalom,

Voici les réponses à vos questions :

  • D'abord à propos des épinards :


    • Il ne faut pas confondre térèd et silka
      • (appelé aussi sélèk (qu’il ne faut aussi ne pas confondre avec le sélèk en hébreu moderne qui est la betterave).

    • Le térèd, ce sont les épinards.

    • Par contre le sélèk ou silka est ce qu’on appelle en français des blettes
      (d’ailleurs, nous faisons très attention chez nous à Roch Hachana de ne pas manger des épinards à la place des blettes) ;

      • ce sont deux plantes différentes.

  • À propos des haricots :


    • Je pense que la réponse est très simple :

      • Les haricots en hébreu sont appelés chou’ït,
        et comme vous le dites, ils n’ont été diffusés dans le monde européen qu’au 16ème siècle.

      • Par contre le loubia (ou rouvia ) dont parle la halakha (que nous mangeons d’ailleurs également le soir de Roch Hachana) n'a rien à voir avec les haricots ;

        • il s'agit certes d'une plante qui ressemble aux haricots dans la mesure où il s'agit aussi de graines mangeables qu'on trouve dans des cosses longues comme celles des haricots, mais elle est tout à fait différente.

          • A ce propos, nous faisons des efforts particuliers chaque années pour obtenir des loubia fraîches qu'on trouve au marché et qui ne sont pas du tout des haricots.

    • C'est donc de cela dont parle nos sources.

  • Une anecdote :


    • Mes grands-parents paternels sont du Liban et ma grand-mère appelait ces loubia « loubia m’salat» qui signifie « qui fait passer le temps » car il faut beaucoup de temps pour les préparer (il faut les décortiquer de leurs gousses, et c’est cela qui prend beaucoup de temps), et elle ne disait pas cela à propos des haricots.

      • D’ailleurs, s’il y a à Marseille des libanais qui ont vécu au Liban, ils vous le confirmeront.

‘Hodèch Tov Oumévorakh

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Réagir sur L'énigme de la Pkeïla...

Pour poser une question au Rav Ron CHAYA, vous devez remplir le formulaire ci-dessous. D'ici quelques jours, si votre quetion a été retenue pour sa pertinence, une réponse sera Beli Neder disponible sur cette page.

  • Si vous avez plusieurs questions, merci de bien vouloir les regrouper dans une seule demande. Les questions intimes resteront anonymes, bien évidemment.
  • Pour recevoir une réponse du rav, veuillez bien vérifier l'email que vous entrerez.

J'ai déjà un compte Leava

Connexion

Dans la même catégorie

Epiaire, Dimanche 03 mars 2019

Bonsoir Rav, Comment est-il possible de croire en tous les miracles que D. a fait pour Son peuple, de croire que la délivrance est très proche et de languir Machia'h alors que je n'ai plus de émouna ? Suis-je fou ou bête ? Je me pose la question... Merci...

Wezen, Vendredi 01 mars 2019

Bonjour Rav, Svp, est-ce que si on dit à quelqu’un après un cauchemars « 'halom tov 'halom Chalom » mais que plus tard on dit « j’espère que ça voulait pas dire ça et ça » c'est considéré comme si on a interprété négativement le rêve et donc c'est risqué ou bien ça ne fait rien ? Merci...

Ancolie, Jeudi 28 février 2019

Chalom Rav, Je voudrais savoir par quels moyens on peut savoir quand on a du ayin hara sur nous ? S'il s'avère que oui, que faire ? Merci pour votre réponse....

Liseron des haies, Mercredi 27 février 2019

Chalom Rav, Ne sachant pas qu'il était interdit de visiter un cimetière enceinte, ma femme a malencontreusement visite des catacombes lors d'un voyage en groupe.. Est ce grave ? Existe il un moyen de faire une réparation pour cela ? Cordialement...

Cinabre , Dimanche 24 février 2019

Chalom, Comment changer le monde avec des ennemis qui nous entourent quotidiennement en permanence depuis des siècles ? Merci...

Bleu de cobalt, Dimanche 24 février 2019

Bonsoir, Connaissez vous l'alya de groupe dirigée par Chalom Wach et l'Ami (alya pour une meilleur intégration) ? Est-ce fiable et sérieux ? Merci pour votre aide...

Alshaïn, Dimanche 24 février 2019

Cher Rav, Pensez-vous que le fait d'avoir tant d'institutions pour maintenir le judaïsme en France (mikve, école juive, cacherout) entretient les juifs à rester en 'houts laaretz ? C'est vrai (pour un juif non sioniste), pourquoi irait-on en Israël ? Il y a tout sur place, alors pourquoi aller se battre pour vivre en Israël alors qu'en France, on a accès à tout, et facilement.... Je n'arrive pas à m'entendre avec eux ; comment leur faire ...

Elvashak, Jeudi 21 février 2019

Chavoua Tov rav Beaucoup doivent vous en parler aux vues des derniers événements passés en France ces derniers jours, et partout en Europe... Cet antisémitisme grandissant et si effrayant... Ce déferlement de haine contre les juifs qui se dévoile mais qui était latent depuis des années. Nous juifs français,nous avons très très peur,on ne sent plus du tout en sécurité... bien que nous soyons ...

Hicham, Mercredi 20 février 2019

Boker tov rav, Savez-vous que Eretz Yisrael se trouve au Yémen ? Il s'agit du royaume de Himyar (yéhouda) et Saba (Israël). Je suis prêt à débattre avec vous sur ce sujet....

Betelgeuse, Mercredi 20 février 2019

Bonjour Rav, J'ai un ami proche dont : L'arrière-grand-mère est juive, mariée à un non juif. Elle a eu une fille, mariée elle aussi à un non-juif... Et celle-ci a eu un garçon (qui est le père de mon ami). La famille non-juive vit dans une parfaite tradition catholique, mais si je comprends bien, selon la loi juive, la grand-mère et le père de mon ami sont juifs aussi. Ma question est la suivante: Bien que tout le ...

Leava, sur place... Et à emporter !

Newsletter

Les Incontournables

/files/img/2014/02/VISUEL-GUERMAMIA.jpg
/files/img/2013/12/VISUEL-PREUVE.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Annonces et Evènements

/files/img/2014/06/yad-hahessed-chiour-extra-court.jpg
/files/img/2014/06/havrouta-carroussel.jpg
/files/img/2014/06/Yechiva-en-video.jpg
/files/img/images/Affiche-WorldBrit-2015.jpg
/files/img/2016/new_bet_hamidrash_gavriel-avraham.jpg
/files/img/Titre1.PNG
/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/Seminaire2019-01.jpg

Faire un don

Avec votre soutien, vous permettez à Leava et la Yéchiva de diffuser et d'enseigner la Torah.

Leava recommande

/files/img/2014/11/Association-Vetaher-vaiselle.jpg
/files/img/2016/hahmey_tsarfat.jpg
/files/img/2015/03/femme-juive_300.jpg
/files/img/Blog/ner-naale-01-2016.jpg
/files/img/Blog/alya kalov/alya-kalov.jpg
/files/img/2016/caroussel-bayit.jpg
/files/img/2016/PLEYOETS.gif

/files/img/pubessaiEH450300.jpg
/files/img/YahalomhaTorahfinalise.jpg

Citation du jour

""Un homme doit être souple comme un roseau et non pas rigide comme un cèdre" "

(Traité Chabbath 33b)